Phytothérapie

Home/Phytothérapie

Comment utiliser un produit de santé naturel?

  Introduction: Depuis maintenant plusieurs années, les consommateurs ont de plus en plus conscience du lien qui existe entre leur santé et ce qu’ils consomment. Ils optent davantage pour des produits naturels, dans le but de prévenir certains risques de maladie ou pour se garder en santé. Le vieillissement de la population, l’augmentation du coût des soins médicaux et les progrès obtenus en recherche et en développement sont quelques-uns des facteurs qui expliquent ce phénomène et qui contribuent ainsi à l’augmentation de la demande pour ce type de produits. Une enquête menée en 2010 par Ipsos-Reid révèle que 73 % des Canadiens prennent régulièrement des produits de santé naturels (PSN), comme des vitamines et des minéraux, des plantes médicinales et des remèdes homéopathiques et d’après un récent sondage réalisé par Ipsos Reid, 76 % des Canadiens ont acheté des PSN, soit environ 24 millions de Canadiens.   Qu'est-ce qu'un produit de santé naturel «PSN»? Le terme produit de santé naturel (PSN) est utilisé au Canada pour désigner une gamme de produits de santé, y compris: les suppléments de vitamines et de minéraux, les herbes médicinales et d'autres remèdes à base de plantes, les remèdes traditionnels (tels que les remèdes traditionnels chinois et ayurvédiques [Indes orientales]), les remèdes homéopathiques, les acides gras (tels que les oméga 3, 6 et 9), les probiotiques et certains produits d'hygiène personnelle comme les antisudorifiques, les shampooings médicamentés et les rince-bouches.   Avec tous les produits qu’on retrouve sur le marché, comment savoir si un PSN est sécuritaire et efficace? Santé Canada évalue l'innocuité, l'efficacité et la qualité d'un PSN avant d'en autoriser la vente au Canada. En évaluant le PSN, Santé Canada fait l'examen de l'information fournie par le demandeur pour déterminer si la formulation du

La toux, quels traitements envisager ?

La toux est une réaction permettant généralement de rejeter vers l’extérieur les sécrétions accumulées dans les bronches, on distingue une toux sèche irritante longue à guérir, et une toux grasse ou productive qui génère des glaires ou des sécrétions blanches, jaunes ou vertes. Traitement - Prévention : -    Toux sèche : Il faut éviter d’abord tout ce qui favorise l’irritation des poumons : le tabagisme, la pollution atmosphérique, les fumées…etc. L’inflammation devrait se guérir au bout de quelques jours sinon le recours à la médication, si ça ne s’améliore pas, vous devez vite consulter un médecin. -    Des mesures simples permettent de calmer les toux sèches : boissons chaudes et humidification de l'air ambiant. Phytothérapie : -    Toux sèche : Boire ½ tasse : 6 fois par jour d’une infusion préparée avec du thym, l’origan et de la réglisse en poudre à doses égales. (la réglisse déconseillée en cas de grossesse) ; -    Toux grasses et bronchite : Boire 2 à 3 tasses de décoction d’Aunée officinale par jour. Vous pouvez y ajouter 5g de feuilles d’eucalyptus. (L’Aunée est déconseillée en cas de grossesse). A prendre 2 gousses d’ail par jour. Masser la poitrine et le dos 2 fois par jour avec 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus et de thym mélangées à 2 c. à c. d’huile d’olive ou de tournesol. Remarque : vous pouvez trouver des sirops ou des tisanes à base de ces plantes en pharmacie. Médicaments - Toux sèche : -    Les antitussifs : suppriment le réflexe tussigène ce qui permet à la muqueuse de se régénérer, leur utilisation ne doit pas dépasser quelques jours. On distingue des antitussifs opiacés, antihistaminiques, non opiacés et non antihistaminiques. -    Les antitussifs opiacés : contiennent

Mycose aux pieds d’athlètes : les solutions !

La mycose des pieds se manifeste par des fissures, des plaques blanches, provoquant des démangeaisons parfois des rougeurs. Elle se localise sous les ongles et habituellement entre les orteils. A ne pas confondre avec un eczéma, ou le psoriasis. Prévention : -    Bien sécher les pieds mouillés même entre les orteils ; -    Eviter de marcher les pieds nus dans les endroits humides (piscine…etc) ; -    Eviter les chaussettes de tissu synthétique, utiliser le coton naturel ; -    Eviter les chaussures trop serrées ou de matière synthétique directement en contact avec la peau ; -    Changer les chaussettes plusieurs fois par jour car la transpiration favorise les champignons ; -    Désinfecter les chaussures avec un spray antifongique ou mettre des semelles antifongiques dans vos chaussures ; -    Traiter les blessures de vos pieds s’il y en a ; -    Eviter les aliments contenant levure et sucre (pain, alcool…) et prendre des yaourts au bifidus actif. (ce conseil est applicable quelque soit le type de mycose). Remèdes naturels : -    Mettre 1 à 2 cuillères à soupe de Bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau tiède, bien tremper les pieds avec, puis rincer et sécher. Laisser les pieds dans cette solution pendant 5 à 10 minutes. Sinon vous pouvez utiliser un coton imbibé de cette solution et faire tamponner les pieds avec ; -    Mettre 1 à 2 cuillères à soupe de sel (gros) dans 1 litre d’eau tiède, laisser les pieds dans cette solution pendant 5 à 10 minutes, bien rincer et sécher après. Phytothérapie : -    Frotter la zone atteinte avec une gousse d’ail 3 fois par jour. Médication pharmaceutique : -    Désinfecter la zone atteinte puis appliquer une crème antifongique, je conseille ces

Quel traitement pour une angine ?

On définit une angine par l’inflammation des amygdales, une gorge rouge ne reflète pas forcément une angine, parfois c’est sa couleur naturelle. Le patient en est atteint sente une douleur lors de la déglutition, qui peut aller jusqu’aux oreilles, une sensation d’irritation. Parfois crier trop fort, se stresser peut engendrer ce problème, sans que ça soit une infection bactérienne ou virale. La majorité des angines sont dues à un virus chez l’adulte, sont associées à une rhinite, de la toux, la fièvre peut être absente ou modérée, la guérison intervient dans 2-3 jours, par contre une infection bactérienne nécessite plus de temps et une antibiothérapie, il faut se dépêcher à traiter, car les complications sont graves. Une consultation médicale est nécessaire si la fièvre persiste en 2 jours (39-40°), et si les maux de gorge deviennent intenses avec la présence des ganglions au niveau du cou, si l’état ne s’améliore pas dans 4 jours d’automédication. Prévention : - Eviter de fumer, de respirer des gaz polluants comme les gaz des voitures, ne pas abuser à prendre des douches, faire attention quand vous sortez d’un endroit chaud vers un endroit froid (la différence de la température brusque les muqueuses et les IgE : ces éléments de l’immunité vont diminuer et ne procurent pas assez de protection, ce qui fait que les virus et les bactéries qui se trouvent en symbiose sur les muqueuses vont l’attaquer, la fumée aussi diminuent les IgE) ; - Sécher vite vos cheveux si mouillés, ne manger pas des glaces d’une manière brutale ; - Eviter de crier fort, éviter le stress aussi. Traitement : - Pour une angine bactérienne votre médecin vous prescrira éventuellement de l’Amxocilline comme antibiotique et Doliprane contre

J’ai un rhume, que faire ?

Le rhume ou rhinopharyngite est une atteinte inflammatoire des voies respiratoires supérieures, le plus souvent due à un virus. L’évolution de la maladie Se fait en 1 à 3 jours. Dans la première phase on remarque que le nez coule, des éternuements, un écoulement aqueux abondant et une obstruction nasale, parfois une douleur ou irritation de la gorge et un enrouement. Des maux de tête, une sensation de malaise et de fatigue, une fièvre modérée sont possibles. Dans la seconde phase de résolution : les sécrétions deviennent plus épaisses avec un aspect jaune-vert due à la présence des polynucléaires (globules blancs du système immunitaire). Il se peut qu’il y ait une surinfection bactérienne en cas de complications allant jusqu’à une bronchite, sinusite, otite. La consultation médicale Une consultation médicale s’impose le cas de : fièvre qui dépasse 38,5° pendant plus de 48h, altération de l’état général, antécédents asthmatiques ou bronchitiques de type chronique, une douleur ou écoulement de l’oreille (otite), une douleur intense de la gorge (angine) de plus de 48h, une écoulement nasal purulent unilatéral (sinusite).   Les soins à suivre  - Pour le nez : nettoyer avec chlorure de sodium en flacons unidoses ou soluté d’eau de mer (Physiomer, Stérimar…) sinon des sprays pour décongestionner le nez. Si la muqueuse nasale est très irritée, utiliser une pommade adoucissante (HEC…). (*) - En cas de congestion importante, utiliser des inhalations (Humex…). (*) - Pour lutter contre la fièvre en ordre : ibuprofène, paracétamol ou aspirine (attention pour le risque hémorragique). Vous pouvez essayer des compresses imbibés d’eau mélangée à l’eau de fleur d’oranger sur le front et nuque. (*) - Pour lutter contre la congestion nasale : à prendre des vasoconstricteurs (Dolirhume…), contre-indiqués en cas de

Comment traiter le rhume des foins ?

Avec l’arrivée du printemps, les pollens des arbres se propagent dans l’air et provoquent  une allergie qu’on appelle « rhume des foins » ou « pollinose » ou encore « rhinite pollinique » qui est une inflammation de la muqueuse nasale. Des moisissures qui sont présents dans l’air en sont à l’origine aussi, ce type d’allergie est saisonnier, n’est pas permanent comme  la rhinite persistante due à des allergènes domestiques (acariens, poils de chat…). Quels sont les symptômes ? Ecoulement nasal, l’impression d’un nez bouché, conjonctivite allergique possible, éternuement. Prévention : Avant de passer à un traitement voici ce qu’il faut faire pour prévenir l’allergie : -    Eviter les longs séjours à la compagne, et les espaces verts (les jardins…) et faire attention avec les bouquets des fleurs. -    Eviter la pratique du sport de plein air à cette période pollinique. -    Fermer les fenêtres (voitures, maison…) surtout lorsqu’il y a du vent. -    Lavez-vous souvent les cheveux (les pollens s’y adhèrent). -    Aérez  votre intérieur le soir sur une façade opposé. Régine alimentaire : -    Supprimer les aliments favorisant la formation du mucus (laitages, œufs, sucre, farine blanche, graisses, alcool…). -    Manger des légumes et des fruits frais. -    Ajouter le curcuma (épice) à vos plats. Compléments alimentaires : -    Il existe aussi des soins à base de compléments naturels, tel que la vitamine C (prendre 1 gramme 3 fois par jour de vitamine C pendant la durée du rhume. -    La vitamine B5, qui est un décongestionnant nasale ou les acides gras oméga-3 qui se trouvent dans les graisses de poissons et qui atténuent les inflammations de la gorge. Photothérapie : -    Grande ortie (Urtica dioica ) une infusion à base des feuilles

Comment traiter la cellulite ?

Qu’est ce qu’une cellulite ? Il s’agit d’une couche de gras localisée sous la peau, appelée aussi « peau d’orange », elle concerne surtout les femmes à 90% (chez les minces comme chez les rondes). La cellulite est visible sur les hanches, les cuisses, la face intérieur des genoux, et au niveau du ventre, sur les bras. Chez l’homme au niveau de l’abdomen. A une prise de volume des cellules graisseuses (adipocytes) s’ajoutent une rétention d’eau (mauvaise circulation sanguine et lymphatique), et une fibrose (modification des fibres collagènes). Quelles sont les causes ? -    La mauvaise alimentation (apport calorique supérieur à la capacité de stockage) ou des repas sautés. -    Les hormones chez la femme (période de puberté, prise de pilule, grossesse, ménopause) due à l’excès d’œstrogène. -    Le manque d’activité et du sport. -    L’anxiété, dépression, stress, la fatigue, manque de sommeil. -    L’hérédité. -    L’insuffisance veineuse : mauvaise circulation à l’origine d’une mauvaise irrigation. -    - troubles hépatiques : élimination réduite des toxines. -    La constipation. -    Le port des vêtements trop serrés. -    Les bains chauds. Les solutions pour lutter contre la cellulite : Avant de passer à un traitement, il faut équilibrer son régime aliénataire et ne pas sauter les repas, boire beaucoup d’eau (contant moins de sodium), exercer du sport, et éviter le stress en premier lieu. Il y plusieurs substances qui favorisent l’élimination de la graisse : -    La caféine (dans le café et le thé), théophylline (café, chocolat, et principalement feuilles de thé)…etc. -    Les veinotoniques qui favorisent une bonne circulation telle que gingko biloba (plante) -    Le pamplemousse, l’annanas, la canelle. Compléments alimentaires : -    Vitamine E, dérivés de silicium, huile de sésame. Les exercices physiques à