Conseils

Home/Conseils

Les conseils Santé du jour par l’équipe Pharmapause !

Médicaments, plantes ou produits de santé naturels ?

Aujourd’hui en matière des soins, on constate de plus en plus le recours au « NATUREL » soit en premier lieu pour éviter les effets indésirables des médicaments ou en dernier lieu en cas d’échec thérapeutique ou tout simplement à titre de prévention, que signifie-t-il « NATUREL » ? Ça peut être des plantes médicinales, de l’homéopathie, des probiotiques, des vitamines et des micronutriments…etc. L’utilisation de certaines plantes médicinales a toujours prouvé son efficacité vis à vis les traitements chimiques mais le « naturel » ne signifie pas nécessairement « l’innocuité », certaines plantes médicinales malgré leurs bénéfices ne peuvent être utilisées dans leur état naturel,  et encore moins avec les fongicides, les polluants et les pesticides, on n'est plus sure de leur qualité, par contre dans les laboratoires de recherche la réglementation est sévère de sorte que les extraits des plantes subissent des examens de contrôle de qualité: au moins on est sur de l’innocuité !   Les catégories des produits de la santé :   Des médicaments avec des molécules chimiques de synthèse comme la digoxine (le toloxin) qui est un glycoside cardiotonique de la plante Digitale qu’on ne peut la consommer à l'état naturel c'est très dangereux car sa dose thérapeutique est proche de sa dose toxique (le naturel n'implique pas forcément la sécurité). Le plus pertinent dans ce genre de cas est d’utiliser le médicament, tout en respectant les directives du médecin et du pharmacien pour une utilisation optimale. Des produits de santé naturels (PSN) par la définition de santé Canada: "En vertu du Règlement sur les produits de santé naturels, qui est entré en vigueur le 1er janvier 2004, on entend par produits de santé naturels (PSN) : les vitamines et minéraux; les plantes médicinales; les remèdes homéopathiques; les remèdes traditionnels (p.

Comment soulager le syndrome de la fatigue chronique (SFC) ?

Ce syndrome est caractérisé par des périodes de fatigue non soulagée par le repos d’une durée d’au moins 6 mois. On lui a attribué aussi d’autres noms : Encéphalomyélite myalgique (EM). Les causes de ce syndrome mystérieux ne sont pas connues et on suppose qu’il fait suite d’une dysfonction immunitaire (infections virales), une exposition aux pesticides et /ou aux toxines environnementales, troubles endocriniens, troubles métaboliques, perturbation du sommeil, intoxication aux métaux lourds, des facteurs psychologiques (stress, anxiété, dépression) et ça peut être lié aussi à une hypothyroïdie.   Symptômes   Des maux de tête, troubles de mémoire et de concentration, une faiblesse musculaire, difficulté à dormir, enflure des ganglions, mal de gorge, douleurs articulaires, sensibilité anormale aux sons, à la lumière ou les odeurs, nausées et une hypotension possible.   Prévention   Essayez de réduire le stress. Adopter une alimentation équilibrée à base d’aliments non exposés aux pesticides, sinon lavez bien vos légumes et fruits et même les grains (jusqu’à avoir une eau claire). Évitez les allergènes au niveau de votre alimentation (isolez les intolérances alimentaires, souvent dues au : lait, le blé, les aliments fermentés). Évitez de vous exposer aux ondes électromagnétiques, aux bruits forts et aux lumières stimulantes. Augmentez vos exercices physiques graduellement ou pratiquez du Yoga. Évitez les aliments sucrés (causent une diminution des capacités immunitaires). Hydratez-vous bien en buvant beaucoup d’eau (pas d’un seul coup). Réduisez ou cessez la consommation de l’alcool et la caféine. Consommez des fruits contre l’inflammation : grenadine, bleuets, framboises. Maîtrisez les taux sanguin du sucre de sorte d'éviter des variations importantes (souvent dues à l'ingestion des sucres raffinés), vous pouvez voir dans les illustrations la courbe idéale de la sécrétion d'insuline et des exemples de la

Comment prévenir l’hyperglycémie en cas de diabète?

Introduction Le diabète sucré est un trouble caractérisé par l’hyperglycémie et la glycosurie. Il existe deux types de diabètes : le diabète insulinodépendant (type I) et le diabète non  insulinodépendant (type II).   Le diabète insulinodépendant (type I)  Caractérisé par une insuffisance de la sécrétion de l’insuline : une hormone qui permet aux cellules de l’organisme d’utiliser le glucose comme source d’énergie. Cette insuffisance est consécutive à la destruction auto-immune d’une forte proportion des cellules bêta du pancréas (cellules qui secrètent la pro-insuline). Par conséquent, les cellules de l’organisme ne peuvent pas utiliser le glucose et la glycémie (taux dans le sang) augmente. Cette maladie se déclare, habituellement chez des personnes de moins de 35 ans (entre 10 et 16 ans le plus souvent). Elle évolue rapidement et son issue est fatale sans injections régulières d’insuline. La prédisposition à ce type de diabète peut être héréditaire. Le diabète non insulinodépendant (type II)  C’est le diabète le plus courant qui se manifeste au cours de l’âge adulte. Il se constitue en général de façon graduelle et affecte surtout les adultes de plus de 40 ans. Dans certains cas, ce trouble est lié à une sécrétion insuffisante d’insuline, mais la plupart du temps il y a une résistance à de la réponse des cellules de l’organisme  à l’insuline secrétée. Parmi les facteurs qui prédisposent à ce type de diabète : l’hypertension artérielle et l’obésité facio-tronculaire.   Le rôle de l’insuline  L'insuline est une hormone fabriquée naturellement par l'organisme, indispensable à la construction des cellules et à leur fonctionnement. L'insuline est sécrétée par le pancréas, présente en permanence dans le sang, sécrétée 24 h sur 24 à petite dose, la sécrétion d'insuline augmente après la consommation de glucides pour maintenir le

Comment soulager les douleurs de l’estomac ?

Introduction: Les douleurs de l’estomac peuvent varier entre : brûlures, spasmes, crampes, dyspepsie, mauvaise digestion…etc. De ce fait, Il est important de bien prendre son temps à manger et à bien mâcher les aliments avant de les avaler, pour réduire leur temps de séjour dans l'estomac et donc réduire la stimulation de la sécrétion de l’acide chlorhydrique. Un surplus de cet acide cause des brûlures de l’estomac, des irritations et des malaises. Toutefois, le surplus de l’acidité peut être lié à un autre problème de santé où il est indispensable de consulter un médecin. Quels sont les médicaments qui provoquent les douleurs de l’estomac ? Des douleurs d’estomac peuvent être provoquées par des médicaments comme : les AINS ; certains antibiotiques (macrolides) ; certains anti-parkinsoniens. Comment prévenir le surplus d’acidité et protéger l’estomac ? Des simples mesures peuvent prévenir les brûlures de l’estomac : mâchez bien la nourriture avant d’avaler ; mangez et buvez lentement; évitez le stress; évitez les substances excitantes qui favorisent la sécrétion de l’acide gastrique : tabac, café, thé, alcool…etc; évitez certains aliments (car acides) : agrumes, vinaigre, tomates, aliments épicés ou trop gras; répartissez les repas de sorte de manger léger sur plusieurs fois que de manger copieux en une ou deux fois; évitez la position allongée qui favorise les reflux gastro-œsophagien et laissez le temps nécessaire à votre estomac d’entamer le processus de digestion; évitez certaines médicaments : les anti-inflammatoires, les corticoïdes…etc. Il est préférable de demander l’avis de votre pharmacien pour éviter cet effet indésirable; évitez les boissons gazeuses et les aliments qui déclenchent les brûlures dans votre cas; Quand il est nécessaire de voir un médecin ? Dans les cas suivants : des brûlures qui durent plus que 10-15 jours; si les douleurs

Comment soulager les ballonnements?

Ce malaise est appelé aussi « aérophagie » caractérisé par la présence des flatulences (des gaz) dans l’estomac ou dans l’intestin. Comment se forment les flatulences ? L’air dégluti et les fermentations sont dues à l’action des bactéries intestinales sur les résidus alimentaires causants des flatulences. L’ingestion de l’air peut jouer aussi un rôle par rapport à la présence des flatulences et cela se produit en avalant de l’air avec les mouvements de la déglutition en mangeant rapidement ou dans un état se stress ou d’angoisse. La respiration par la bouche, un dentier mal ajusté et la fumée ce sont des facteurs qui favorisent l’ingestion de l’air. La formation des ballonnements est liée aussi à la constipation, une occlusion intestinale, une gastrite, une maladie de la vésicule biliaire, un ulcère gastrique ou un état de stress. Un excès de de consommation de fibres peut être mis en cause, dans ce cas là il suffit simplement de diminuer les doses ou la quantité puis la remonter graduellement. Quels sont les aliments qui favorisent les gaz ? La consommation des aliments composés de sucres complexes est une source importante de gaz. Ces sucres complexes ne sont pas transformés en sucres simples absorbables, ils passent dans les intestins où ils sont utilisés comme source de nourriture par les bactéries qui forment par la suite des gaz. On note parmi les aliments sources de sucres complexes : Choux, choux de Bruxelles, choux fleurs, brocolis, lentilles, pois, pois chiches, haricots, fèves de soja, fèves rouges, seigle, blé, pâtes, pain à grain entier, produits laitiers,…etc. La consommation de boissons gazeuses, de la bière, la caféine, les aliments gras et les aliments ayant dans leur composition du sorbitol ou du fructose est responsable aussi

Comment traiter les hémorroïdes?

  Les hémorroïdes sont caractérisées par une dilatation des veines de la zone anale (anus et rectum) et du tissu les entourant, elles peuvent être internes, externes ou bien mixtes. Les symptômes hémorroïdaux : Les hémorroïdes internes ne provoquent généralement pas de douleur puisqu'il n'y a pas de nerfs sensitifs dans cette région. Par contre, les hémorroïdes internes étant situées sur le pourtour de l'anus, elles provoquent une douleur intense surtout lors du passage des selles et parfois des démangeaisons. Les symptômes peuvent aller jusqu'à une hémorragie rectale, dans ce cas-là une consultation médicale s'avère nécessaire.   Les facteurs mis en cause: Les hémorroïdes peuvent survenir à tout âge mais sont plus fréquentes avec le vieillissement et chez la femme enceinte (à cause de la pression du fœtus) d’autant plus chez les personnes obèses ou avec peu d'activité physique. La cause principale est la constipation: l'effort d'évacuation des selles soumet les veines à une pression qui provoque leur dilatation. Il existe aussi d’autres facteurs favorisant les hémorroïdes : une pression externe due à un effort physique intense (lever des objets lourds), position assisse pour longtemps (travail de bureau, de chauffeur ou équitation), la grossesse, la prédisposition familiale, effet indésirable d’un médicament et une alimentation pauvre en fibres ou riches en épices.   Prévention et traitements : Pour prévenir l’apparition des hémorroïdes, il faut lutter contre la constipation en premier lieu par les mesures suivantes : Ayez une alimentation riches en fibres : les céréales, les petits fruits frais (prunes, framboises, fraises, figues, raisins secs, abricots, noisettes…etc.), des légumes (haricots rouges, haricots blancs, lentilles, choux, artichauts, épinards, céleri, poireaux, petits pois, pois chiche, tomates…etc.) , les féculents (pain complet, pain au son, riz brun…etc.) et les grains entiers; Ajoutez l’huile

Comment traiter les céphalées?

La céphalée est symptôme très répondu chez la population et qui reflète rarement une affection grave, elle est due principalement à une tension musculaire qui déclenche une douleur par la suite. Cette douleur peut être localisée au niveau des tempes, le front et la tête, si elle est unilatérale et intense au niveau de la tête et en plus si elle s’accompagne à d’autres symptômes (nausées par exemple) il s’agit dans ce cas-là de la migraine. Quels sont les facteurs mis en cause ? Le stress en premier lieu; La carence en minéraux et éléments nutritifs au niveau des vaisseaux sanguins, les nerfs et les muscles; Une grippe ou une affection spécifique; La déshydratation; L’abus d’alcool; Une affection du sinus; Une affection dentaire; Éclairage insuffisant; Perturbations hormonales; Atmosphère enfumée; Fatigue oculaire; Hypersensibilité alimentaire et allergie; La prise de certains médicaments; Dans les cas exceptionnels : tumeur cérébral ou AVC.   Quelle est la conduite à tenir ? Il faut prévenir en évitant tous les facteurs mis en cause si c’est possible et adopter une alimentation saine. Pour la déshydratation : buvez au moins 6 verres par jour, de préférence des gorgées de temps en temps. Pour le stress : agissez par une bonne gestion et essayez de changer les idées par des activités plaisantes. Le cas de l’air pollué : aériez votre pièce, évitez la fumée des cigarettes et utilisez un humidificateur. En cas de prise de médicaments : informez-vous auprès de votre pharmacien ou médecin et discutez une possibilité de substitution ou changement de traitement. Le cas d’un mauvais éclairage : ajustez l’éclairage et nettoyez les zones ombrées. Le cas de la migraine : Identifiez vos éléments déclencheurs et évitez-les autant que possible.  

Décalage Horaire

Pour éviter les effets du décalage horaire pendant un voyage: prenez plusieurs nuits de bon sommeil. Si vous allez vers l'est, avancez d'une heure ou 2 heures l'heure du coucher et si vous vers l'ouest, couchez vous une heure ou 2 heures plus tard et cela pendant quelques jours. Vous pouvez prendre également un supplément de mélatonine sous l'avis de votre pharmacien.

Dose médicamenteuse

Certains médicaments n’impliquent pas un effet thérapeutique immédiat, n’augmentez jamais la dose sans consulter votre médecin ou votre pharmacien..

Insomnie

Si vous êtes avez des difficultés de sommeil, évitez la suralimentation ou la sous-alimentation avant de se coucher, évitez également les substances à effet duiérétiques (soupe de poireaux, bière…) ou à effet excitant (café, coca-cola, thé, tabac…).