Homéopathie

Traitements Homéopathiques

Médicaments, plantes ou produits de santé naturels ?

Aujourd’hui en matière des soins, on constate de plus en plus le recours au « NATUREL » soit en premier lieu pour éviter les effets indésirables des médicaments ou en dernier lieu en cas d’échec thérapeutique ou tout simplement à titre de prévention, que signifie-t-il « NATUREL » ? Ça peut être des plantes médicinales, de l’homéopathie, des probiotiques, des vitamines et des micronutriments…etc. L’utilisation de certaines plantes médicinales a toujours prouvé son efficacité vis à vis les traitements chimiques mais le « naturel » ne signifie pas nécessairement « l’innocuité », certaines plantes médicinales malgré leurs bénéfices ne peuvent être utilisées dans leur état naturel,  et encore moins avec les fongicides, les polluants et les pesticides, on n'est plus sure de leur qualité, par contre dans les laboratoires de recherche la réglementation est sévère de sorte que les extraits des plantes subissent des examens de contrôle de qualité: au moins on est sur de l’innocuité !   Les catégories des produits de la santé :   Des médicaments avec des molécules chimiques de synthèse comme la digoxine (le toloxin) qui est un glycoside cardiotonique de la plante Digitale qu’on ne peut la consommer à l'état naturel c'est très dangereux car sa dose thérapeutique est proche de sa dose toxique (le naturel n'implique pas forcément la sécurité). Le plus pertinent dans ce genre de cas est d’utiliser le médicament, tout en respectant les directives du médecin et du pharmacien pour une utilisation optimale. Des produits de santé naturels (PSN) par la définition de santé Canada: "En vertu du Règlement sur les produits de santé naturels, qui est entré en vigueur le 1er janvier 2004, on entend par produits de santé naturels (PSN) : les vitamines et minéraux; les plantes médicinales; les remèdes homéopathiques; les remèdes traditionnels (p.

Comment utiliser un produit de santé naturel?

  Introduction: Depuis maintenant plusieurs années, les consommateurs ont de plus en plus conscience du lien qui existe entre leur santé et ce qu’ils consomment. Ils optent davantage pour des produits naturels, dans le but de prévenir certains risques de maladie ou pour se garder en santé. Le vieillissement de la population, l’augmentation du coût des soins médicaux et les progrès obtenus en recherche et en développement sont quelques-uns des facteurs qui expliquent ce phénomène et qui contribuent ainsi à l’augmentation de la demande pour ce type de produits. Une enquête menée en 2010 par Ipsos-Reid révèle que 73 % des Canadiens prennent régulièrement des produits de santé naturels (PSN), comme des vitamines et des minéraux, des plantes médicinales et des remèdes homéopathiques et d’après un récent sondage réalisé par Ipsos Reid, 76 % des Canadiens ont acheté des PSN, soit environ 24 millions de Canadiens.   Qu'est-ce qu'un produit de santé naturel «PSN»? Le terme produit de santé naturel (PSN) est utilisé au Canada pour désigner une gamme de produits de santé, y compris: les suppléments de vitamines et de minéraux, les herbes médicinales et d'autres remèdes à base de plantes, les remèdes traditionnels (tels que les remèdes traditionnels chinois et ayurvédiques [Indes orientales]), les remèdes homéopathiques, les acides gras (tels que les oméga 3, 6 et 9), les probiotiques et certains produits d'hygiène personnelle comme les antisudorifiques, les shampooings médicamentés et les rince-bouches.   Avec tous les produits qu’on retrouve sur le marché, comment savoir si un PSN est sécuritaire et efficace? Santé Canada évalue l'innocuité, l'efficacité et la qualité d'un PSN avant d'en autoriser la vente au Canada. En évaluant le PSN, Santé Canada fait l'examen de l'information fournie par le demandeur pour déterminer si la formulation du

La toux, quels traitements envisager ?

La toux est une réaction permettant généralement de rejeter vers l’extérieur les sécrétions accumulées dans les bronches, on distingue une toux sèche irritante longue à guérir, et une toux grasse ou productive qui génère des glaires ou des sécrétions blanches, jaunes ou vertes. Traitement - Prévention : -    Toux sèche : Il faut éviter d’abord tout ce qui favorise l’irritation des poumons : le tabagisme, la pollution atmosphérique, les fumées…etc. L’inflammation devrait se guérir au bout de quelques jours sinon le recours à la médication, si ça ne s’améliore pas, vous devez vite consulter un médecin. -    Des mesures simples permettent de calmer les toux sèches : boissons chaudes et humidification de l'air ambiant. Phytothérapie : -    Toux sèche : Boire ½ tasse : 6 fois par jour d’une infusion préparée avec du thym, l’origan et de la réglisse en poudre à doses égales. (la réglisse déconseillée en cas de grossesse) ; -    Toux grasses et bronchite : Boire 2 à 3 tasses de décoction d’Aunée officinale par jour. Vous pouvez y ajouter 5g de feuilles d’eucalyptus. (L’Aunée est déconseillée en cas de grossesse). A prendre 2 gousses d’ail par jour. Masser la poitrine et le dos 2 fois par jour avec 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus et de thym mélangées à 2 c. à c. d’huile d’olive ou de tournesol. Remarque : vous pouvez trouver des sirops ou des tisanes à base de ces plantes en pharmacie. Médicaments - Toux sèche : -    Les antitussifs : suppriment le réflexe tussigène ce qui permet à la muqueuse de se régénérer, leur utilisation ne doit pas dépasser quelques jours. On distingue des antitussifs opiacés, antihistaminiques, non opiacés et non antihistaminiques. -    Les antitussifs opiacés : contiennent

Séné

Le séné (Senna alexandrina) est un petit arbuste de la famille des Caesalpiniaceae, ou des Fabaceae, sous-famille des Caesalpinioideae, selon la classification phylogénétique. Utilisation Il est utilisé comme plante médicinale. Il était un constituant du catholicum simple de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle1. Il est utilisé comme purgatif, proche de l'aloès et de la rhubarbe dont les principes actifs sont des dérivés naturels de l'anthraquinone qui augmentent les mouvements péristaltiques du côlon (Voir aussi glycoside). L'anthraquinone est utilisé comme laxatif à partir d'un seuil de 30 mg à 36 mg par jour. Les dérivés naturels (glucosides d’anthraquinone) se transforment dans le côlon en sennosides. Ces derniers sont hydrophiles et réduisent l’absorption de l’eau en vue d’avoir un bol fécal fluide. Ils évitent par conséquent la formation de selles grumeleuses à partir du seuil de 30 mg à 36 mg par jour. Au delà de ce seuil, les selles tendent à devenir très molles ou liquides. Les sennosides et les glucosides d'anthraquinone contiennent un groupe d'aglycone. Ils sont présents dans les gousses et les feuilles du séné, le rhizome de la rhubarbe, la bourdaine, le cascara et notamment l'aloès. Stimulation du transit intestinal Les sénnosides présents dans le séné vont induire une amélioration du péristaltisme par deux phénomènes différents :     D’une part, les sennosides, une fois arrivés dans le côlon vont être scindés en rhéine (en) par l'action de la flore intestinale 2. Cette rhéine ainsi formée va induire une libération plus prononcée de sérotonine/histamine qui aura comme conséquence une stimulation de l’activité de prostaglandine E2. Cette dernière, à son tour, va stimuler les contractions musculaires péristaltiques.     D’autre part, les sennosides augmentent l’activité de l’enzyme oxyde nitrique synthase constitutivement exprimé3. Ces enzymes

Psyllium

Caractéristiques     Organes reproducteurs Couleur dominante des fleurs : blanc Période de floraison : juin-septembre Inflorescence : épi simple Sexualité : hermaphrodite Pollinisation : anémogame     Graine Fruit : akène Dissémination : barochore     Habitat et répartition Habitat type : friches annuelles, subnitrophiles, médioeuropéennes, des sols sablo-graveleux Aire de répartition : eurasiatique À propos du nom scientifique Les auteurs sont généralement d'accord pour considérer trois noms scientifiques comme synonymes :     Plantago arenaria Waldst. & Kit. 1801     Plantago scabra Moench 1794     Plantago psyllium L. 1753 Néanmoins, ils ne s'accordent pas clairement sur lequel choisir comme valide. Selon la loi d'antériorité, Plantago psyllium L. 1753 pourrait être choisi. Cependant ce nom est ambigu car il ne doit pas être confondu avec Plantago psyllium non auct. L. (1753), sensu L. (1762) (c'est-à-dire une seconde description non valide faite par Linné avec le même nom mais pour ce qui était en fait une autre espèce : Plantago afra)