Archives annuelles : 2014

Accueil/2014

Comment prévenir l’hyperglycémie en cas de diabète?

Introduction Le diabète sucré est un trouble caractérisé par l’hyperglycémie et la glycosurie. Il existe deux types de diabètes : le diabète insulinodépendant (type I) et le diabète non  insulinodépendant (type II).   Le diabète insulinodépendant (type I)  Caractérisé par une insuffisance de la sécrétion de l’insuline : une hormone qui permet aux cellules de l’organisme d’utiliser le glucose comme source d’énergie. Cette insuffisance est consécutive à la destruction auto-immune d’une forte proportion des cellules bêta du pancréas (cellules qui secrètent la pro-insuline). Par conséquent, les cellules de l’organisme ne peuvent pas utiliser le glucose et la glycémie (taux dans le sang) augmente. Cette maladie se déclare, habituellement chez des personnes de moins de 35 ans (entre 10 et 16 ans le plus souvent). Elle évolue rapidement et son issue est fatale sans injections régulières d’insuline. La prédisposition à ce type de diabète peut être héréditaire. Le diabète non insulinodépendant (type II)  C’est le diabète le plus courant qui se manifeste au cours de l’âge adulte. Il se constitue en général de façon graduelle et affecte surtout les adultes de plus de 40 ans. Dans certains cas, ce trouble est lié à une sécrétion insuffisante d’insuline, mais la plupart du temps il y a une résistance à de la réponse des cellules de l’organisme  à l’insuline secrétée. Parmi les facteurs qui prédisposent à ce type de diabète : l’hypertension artérielle et l’obésité facio-tronculaire.   Le rôle de l’insuline  L'insuline est une hormone fabriquée naturellement par l'organisme, indispensable à la construction des cellules et à leur fonctionnement. L'insuline est sécrétée par le pancréas, présente en permanence dans le sang, sécrétée 24 h sur 24 à petite dose, la sécrétion d'insuline augmente après la consommation de glucides pour maintenir le

Comment soulager les douleurs de l’estomac ?

Introduction: Les douleurs de l’estomac peuvent varier entre : brûlures, spasmes, crampes, dyspepsie, mauvaise digestion…etc. De ce fait, Il est important de bien prendre son temps à manger et à bien mâcher les aliments avant de les avaler, pour réduire leur temps de séjour dans l'estomac et donc réduire la stimulation de la sécrétion de l’acide chlorhydrique. Un surplus de cet acide cause des brûlures de l’estomac, des irritations et des malaises. Toutefois, le surplus de l’acidité peut être lié à un autre problème de santé où il est indispensable de consulter un médecin. Quels sont les médicaments qui provoquent les douleurs de l’estomac ? Des douleurs d’estomac peuvent être provoquées par des médicaments comme : les AINS ; certains antibiotiques (macrolides) ; certains anti-parkinsoniens. Comment prévenir le surplus d’acidité et protéger l’estomac ? Des simples mesures peuvent prévenir les brûlures de l’estomac : mâchez bien la nourriture avant d’avaler ; mangez et buvez lentement; évitez le stress; évitez les substances excitantes qui favorisent la sécrétion de l’acide gastrique : tabac, café, thé, alcool…etc; évitez certains aliments (car acides) : agrumes, vinaigre, tomates, aliments épicés ou trop gras; répartissez les repas de sorte de manger léger sur plusieurs fois que de manger copieux en une ou deux fois; évitez la position allongée qui favorise les reflux gastro-œsophagien et laissez le temps nécessaire à votre estomac d’entamer le processus de digestion; évitez certaines médicaments : les anti-inflammatoires, les corticoïdes…etc. Il est préférable de demander l’avis de votre pharmacien pour éviter cet effet indésirable; évitez les boissons gazeuses et les aliments qui déclenchent les brûlures dans votre cas; Quand il est nécessaire de voir un médecin ? Dans les cas suivants : des brûlures qui durent plus que 10-15 jours; si les douleurs

Comment soulager les ballonnements?

Ce malaise est appelé aussi « aérophagie » caractérisé par la présence des flatulences (des gaz) dans l’estomac ou dans l’intestin. Comment se forment les flatulences ? L’air dégluti et les fermentations sont dues à l’action des bactéries intestinales sur les résidus alimentaires causants des flatulences. L’ingestion de l’air peut jouer aussi un rôle par rapport à la présence des flatulences et cela se produit en avalant de l’air avec les mouvements de la déglutition en mangeant rapidement ou dans un état se stress ou d’angoisse. La respiration par la bouche, un dentier mal ajusté et la fumée ce sont des facteurs qui favorisent l’ingestion de l’air. La formation des ballonnements est liée aussi à la constipation, une occlusion intestinale, une gastrite, une maladie de la vésicule biliaire, un ulcère gastrique ou un état de stress. Un excès de de consommation de fibres peut être mis en cause, dans ce cas là il suffit simplement de diminuer les doses ou la quantité puis la remonter graduellement. Quels sont les aliments qui favorisent les gaz ? La consommation des aliments composés de sucres complexes est une source importante de gaz. Ces sucres complexes ne sont pas transformés en sucres simples absorbables, ils passent dans les intestins où ils sont utilisés comme source de nourriture par les bactéries qui forment par la suite des gaz. On note parmi les aliments sources de sucres complexes : Choux, choux de Bruxelles, choux fleurs, brocolis, lentilles, pois, pois chiches, haricots, fèves de soja, fèves rouges, seigle, blé, pâtes, pain à grain entier, produits laitiers,…etc. La consommation de boissons gazeuses, de la bière, la caféine, les aliments gras et les aliments ayant dans leur composition du sorbitol ou du fructose est responsable aussi

Comment utiliser un produit de santé naturel?

  Introduction: Depuis maintenant plusieurs années, les consommateurs ont de plus en plus conscience du lien qui existe entre leur santé et ce qu’ils consomment. Ils optent davantage pour des produits naturels, dans le but de prévenir certains risques de maladie ou pour se garder en santé. Le vieillissement de la population, l’augmentation du coût des soins médicaux et les progrès obtenus en recherche et en développement sont quelques-uns des facteurs qui expliquent ce phénomène et qui contribuent ainsi à l’augmentation de la demande pour ce type de produits. Une enquête menée en 2010 par Ipsos-Reid révèle que 73 % des Canadiens prennent régulièrement des produits de santé naturels (PSN), comme des vitamines et des minéraux, des plantes médicinales et des remèdes homéopathiques et d’après un récent sondage réalisé par Ipsos Reid, 76 % des Canadiens ont acheté des PSN, soit environ 24 millions de Canadiens.   Qu'est-ce qu'un produit de santé naturel «PSN»? Le terme produit de santé naturel (PSN) est utilisé au Canada pour désigner une gamme de produits de santé, y compris: les suppléments de vitamines et de minéraux, les herbes médicinales et d'autres remèdes à base de plantes, les remèdes traditionnels (tels que les remèdes traditionnels chinois et ayurvédiques [Indes orientales]), les remèdes homéopathiques, les acides gras (tels que les oméga 3, 6 et 9), les probiotiques et certains produits d'hygiène personnelle comme les antisudorifiques, les shampooings médicamentés et les rince-bouches.   Avec tous les produits qu’on retrouve sur le marché, comment savoir si un PSN est sécuritaire et efficace? Santé Canada évalue l'innocuité, l'efficacité et la qualité d'un PSN avant d'en autoriser la vente au Canada. En évaluant le PSN, Santé Canada fait l'examen de l'information fournie par le demandeur pour déterminer si la formulation du

Comment traiter les hémorroïdes?

  Les hémorroïdes sont caractérisées par une dilatation des veines de la zone anale (anus et rectum) et du tissu les entourant, elles peuvent être internes, externes ou bien mixtes. Les symptômes hémorroïdaux : Les hémorroïdes internes ne provoquent généralement pas de douleur puisqu'il n'y a pas de nerfs sensitifs dans cette région. Par contre, les hémorroïdes internes étant situées sur le pourtour de l'anus, elles provoquent une douleur intense surtout lors du passage des selles et parfois des démangeaisons. Les symptômes peuvent aller jusqu'à une hémorragie rectale, dans ce cas-là une consultation médicale s'avère nécessaire.   Les facteurs mis en cause: Les hémorroïdes peuvent survenir à tout âge mais sont plus fréquentes avec le vieillissement et chez la femme enceinte (à cause de la pression du fœtus) d’autant plus chez les personnes obèses ou avec peu d'activité physique. La cause principale est la constipation: l'effort d'évacuation des selles soumet les veines à une pression qui provoque leur dilatation. Il existe aussi d’autres facteurs favorisant les hémorroïdes : une pression externe due à un effort physique intense (lever des objets lourds), position assisse pour longtemps (travail de bureau, de chauffeur ou équitation), la grossesse, la prédisposition familiale, effet indésirable d’un médicament et une alimentation pauvre en fibres ou riches en épices.   Prévention et traitements : Pour prévenir l’apparition des hémorroïdes, il faut lutter contre la constipation en premier lieu par les mesures suivantes : Ayez une alimentation riches en fibres : les céréales, les petits fruits frais (prunes, framboises, fraises, figues, raisins secs, abricots, noisettes…etc.), des légumes (haricots rouges, haricots blancs, lentilles, choux, artichauts, épinards, céleri, poireaux, petits pois, pois chiche, tomates…etc.) , les féculents (pain complet, pain au son, riz brun…etc.) et les grains entiers; Ajoutez l’huile

Comment traiter les céphalées?

La céphalée est symptôme très répondu chez la population et qui reflète rarement une affection grave, elle est due principalement à une tension musculaire qui déclenche une douleur par la suite. Cette douleur peut être localisée au niveau des tempes, le front et la tête, si elle est unilatérale et intense au niveau de la tête et en plus si elle s’accompagne à d’autres symptômes (nausées par exemple) il s’agit dans ce cas-là de la migraine. Quels sont les facteurs mis en cause ? Le stress en premier lieu; La carence en minéraux et éléments nutritifs au niveau des vaisseaux sanguins, les nerfs et les muscles; Une grippe ou une affection spécifique; La déshydratation; L’abus d’alcool; Une affection du sinus; Une affection dentaire; Éclairage insuffisant; Perturbations hormonales; Atmosphère enfumée; Fatigue oculaire; Hypersensibilité alimentaire et allergie; La prise de certains médicaments; Dans les cas exceptionnels : tumeur cérébral ou AVC.   Quelle est la conduite à tenir ? Il faut prévenir en évitant tous les facteurs mis en cause si c’est possible et adopter une alimentation saine. Pour la déshydratation : buvez au moins 6 verres par jour, de préférence des gorgées de temps en temps. Pour le stress : agissez par une bonne gestion et essayez de changer les idées par des activités plaisantes. Le cas de l’air pollué : aériez votre pièce, évitez la fumée des cigarettes et utilisez un humidificateur. En cas de prise de médicaments : informez-vous auprès de votre pharmacien ou médecin et discutez une possibilité de substitution ou changement de traitement. Le cas d’un mauvais éclairage : ajustez l’éclairage et nettoyez les zones ombrées. Le cas de la migraine : Identifiez vos éléments déclencheurs et évitez-les autant que possible.  

Signes précurseurs de l’AVC et de la crise cardiaque

La connaissance des signaux d'alerte des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou des crises cardiaques permettrait de sauver des milliers de vie chaque année.  Il est important de reconnaître les signes avant-coureurs d’une crise cardiaque ou de l'AVC afin de pouvoir réagir rapidement pour sauver des vies. AVC : les symptômes d'alerte Perte soudaine de force ou engourdissement soudain au visage même temporaire (possible visage paralysé et bouche déviée) et faiblesse musculaire (inertie d'un ou plus des membres du corps) ou bien paralysie d'un côté du corps (droit ou gauche); Trouble de la vision se traduit par un flou visuel même temporaire; Trouble de la parole : difficulté soudaine d’élocution, de compréhension ou confusion soudaine, des difficultés à trouver les mots ou à les exprimer même temporaire;  Mal de tête soudain, intense et inhabituel accompagnés de nausées ; Étourdissements : perte soudaine de l'équilibre, chute, des vertiges avec démarche ébrieuse, manque de coordination des mouvements; Parfois troubles de la conscience, de la somnolence au coma.  Il ne faut pas négliger ces signes même si le retour à la normale est rapide, il s'agit de signaux d'alerte qui doivent être pris au sérieux, dès l'apparition de l'un des signaux ou plus : appelez le 911 ou le numéro d'urgence dans votre pays ou bien contactez votre médecin, le médicament administré pourrait être efficace et on pourrait bien éviter les séquelles. Les signes avant-coureurs d’une crise cardiaque : La personne qui fait une crise cardiaque peut présenter les symptômes suivants: Douleur à la poitrine, pouvant s’accompagner de sensations : de serrement et malaise, douleur semblable à un écrasement, de lourdeur, de pression, de compression, de brûlure. Autres symptômes peuvent être détectés : Essoufflement; Inconfort à d’autres régions du haut du corps (cou, mâchoire, épaule,

Comment prévenir les maladies du Cœur et l’AVC ?

Le cœur est un muscle qui travaille comme une pompe au niveau du système circulatoire et assure la circulation du sang dans tout l’organisme. Le sang pompé contient l’oxygène et les éléments nutritifs, lorsque le reste du corps ne reçoit pas une quantité suffisante les symptômes d’une maladie cardiaque peuvent survenir. Au Canada, la maladie cardiovasculaire est responsable d’un plus grand nombre de décès que n’importe quelle autre maladie. Toutes les sept minutes, une personne succombe à une maladie du cœur ou à un AVC au Canada, jusqu’à 40000 arrêts cardiaques se produisent chaque année au Canada. C’est donc un arrêt cardiaque toutes les douze minutes. Sans un traitement rapide et adéquat, la plupart de ces arrêts cardiaques entraînent la mort. (1) Quels sont les facteurs du risque ? Certains facteurs sont incontrôlables comme l’âge, le sexe et la génétique. D’autres peuvent être corrigés par des mesures hygiéno-diététiques comme : L’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité, le stress, le tabac, l’excès de l’alcool, le manque d’activité physique, alimentation grasse qui entraîne l’augmentation du taux du mauvais cholestérol. Prévention et mesures hygiéno-diététiques : Réduisez la fumée jusqu’à la cession complète; Pratiquez une activité sportive régulièrement comme des exercices qui améliore le muscle de votre cœur; Adoptez une alimentation saine en évitant le mauvais gras (gras trans et en lipides saturés); Diminuez l’apport du sel et les sucres; Évitez le stress, si c’est inévitable : pratiquez une respiration profonde et optimisez la situation; Restreignez votre consommation d’alcool; Mangez plus de légumes et de fruits organiques (biologiques); Maintenez un poids sain; Prenez des compléments après l’avis de votre médecin comme l’oméga 3 afin de renforcer votre cœur; Luttez contre les radicaux libres par la prise des antioxydants naturels (Vitamine

Qui est votre pharmacien ?

Selon l’Ordre des Pharmaciens du Québec : le pharmacien est décrit comme l’expert du médicament. Il joue un rôle central dans notre système de santé, car il s’assure de l’usage approprié des médicaments auprès de la population. Concrètement, le pharmacien : Analyse le dossier de ses patients pour valider que le médicament choisi soit adapté à sa condition et adéquat (bonne dose, bon produit, interactions médicamenteuses, etc.); Fait le suivi de ses patients pour s’assurer que ce choix de médicament est sécuritaire et efficace; Conseille les autres professionnels de la santé et les patients sur l’usage optimal des médicaments, et ce, à plusieurs niveaux : - en prévention - en traitement des symptômes - en phase de guérison Prescrit des contraceptifs oraux d’urgence; Fait la promotion de saines habitudes de vie dans le but de prévenir la maladie. Aujourd’hui au Québec le métier du pharmacien est confronté à beaucoup de contraintes auparavant : cette profession est en demande de plusieurs années vu le nombre de patients ne cessent d’augmenter. S’ajoutent à cette demande grandissante, la double contrainte de la gestion de l’approvisionnement des médicaments, la consultation pharmaceutique pour les médicaments en vente libre. Le pharmacien a également comme devoirs : la prescription de certains médicaments pour certaines conditions, l'ajustement des ordonnances, interventions auprès du médecin et du patient en cas d’interactions et d’effets secondaires des médicaments, ainsi que la prescription de certaines analyses de laboratoire pour le suivi de la thérapie médicamenteuse. Quant à la population, elle perçoit le pharmacien comme un professionnel de la santé avec lequel elle se sent en confiance pour discuter de santé et particulièrement du traitement. La fréquence et la nature des consultations effectuées auprès du pharmacien témoignent de cette

Quelle est la conduite à tenir en cas d’une fièvre ?

La fièvre se traduit par une réaction du corps à une invasion bactérienne ou virale, la température s’élève afin de lutter contre ces micro-organismes sensibles à la chaleur. Lorsque la fièvre est récente d’au moins 4 jours, il est facile d’associer les autres symptômes pour savoir la cause cependant lorsqu’elle date de plus de 3 semaines, il est difficile d’orienter vers une origine précise. Les fièvres récentes sont souvent d’origine infectieuse, les symptômes associés peuvent être : diarrhées (une gastro-entérite), toux, brûlures urinaires…etc. La fièvre peut aussi traduire une infection profonde telle que : une prostatite chez l’homme, infection haute chez la femme, ça peut être liée aussi à une tumeur ou une maladie inflammatoire. Quelques urgences doivent être suspectées en cas de fièvre : Une méningite en cas de fièvre avec céphalées et vomissements ; Une septicémie en cas de frissons (de vrais et grands frissons secouant le malade) ; Un paludisme chez tout malade revenu depuis moins de six semaines d’un pays tropical ; Une listériose ou une pyélonéphrite chez la femme enceinte. Une fièvre chez le nourrisson, enfant. Dans tous ces cas, une hospitalisation ou consultation immédiate est imposée.   Si la fièvre dépasse 38.5° il est important également de voir le médecin si c’est moins il est possible de commencer par centaines mesures en attendant de faire une consultation médicale : D’abord, Assurez-vous que la température a bien été mesurée, La température rectale est la température de référence. Pour être correctement prise, la température axillaire nécessite que le thermomètre soit laissé en place au moins 8 minutes, Commencez par l’utilisation de compresses imbibées de l’eau fraîche avec une application sur les zones chaudes, renouvelez l’opération. Evitez les sources de chaleur. Le paracétamol  (Acétaminophène, Tylenol) est

Mots-clés : , |
Go to Top