RHINATHIOL PROMETHAZINE : ses indications

Traitement symptomatique des toux non productives gênantes en particulier à prédominance nocturne.

Remarque : l’association d’un antitussif et d’un expectorant n’est pas justifiée.
RHINATHIOL PROMETHAZINE : pathologies pour lesquelles il peut-être prescrit
• Toux non productive
Classe thérapeutique     Allergologie Pneumologie
Principes actifs     Carbocistéine ,  Prométhazine
Excipients     Saccharose,  Parahydroxybenzoate de méthyle (E218),  Colorant caramel (E150),  Vanilline,  Alcool,  Sodium hydroxyde (E524),  Eau purifiée,  Parfum cacao : Vanille,  Cacao,  Vanilline,  Acétique acide ester,  Butyrique acide ester,  Caproïque acide ester,  Isobutyrique acide ester,  Valérique acide ester,  Ethylique alcool ester,  Butylique alcool ester,  Amylique alcool ester,  Hexylique alcool ester,  Solvant : Ethylique alcool,  Propylèneglycol (E1520)
Statut     Ce médicament est NON SOUMIS A PRESCRIPTION MEDICALE
Tx de remboursement SS     0 %
Laboratoire     Sanofi-Aventis France
Présentation Précautions Grossesse et allaitement Effets indésirables
RHINATHIOL PROMETHAZINE : sa posologie

Voie orale.

RESERVE A L’ADULTE ET A L’ENFANT DE PLUS DE 2 ANS.

Le traitement symptomatique doit être court (quelques jours) et limité aux horaires où survient la toux.

Adulte

3 à 4 cuillères à soupe (15 ml) par jour.

Enfant

Utiliser la cuillère-mesure fournie avec ce sirop :

·         de 24 à 30 mois : 3 à 4 cuillères-mesure de 5 ml par jour,
·         de 30 mois à 12 ans : 4 à 6 cuillères-mesure de 5 ml par jour,
·         de 12 à 15 ans : 6 à 9 cuillères-mesure de 5 ml par jour.

Il convient de privilégier les prises vespérales en raison de l’effet sédatif prononcé de la prométhazine.

RHINATHIOL PROMETHAZINE : son aspect et forme
Absence d’information dans l’AMM.

RHINATHIOL PROMETHAZINE : sa présentation

RHINATHIOL PROMETHAZINE : comment ça marche

ANTIHISTAMINIQUE A USAGE SYSTEMIQUE

(R : système respiratoire)

Prométhazine

Antihistaminique H1, phénothiazine à chaîne latérale aliphatique, qui se caractérise par :

·         un effet sédatif marqué aux doses usuelles, d’origine histaminergique et adrénolytique centrale,
·         un effet anticholinergique à l’origine d’effets indésirables périphériques.
·         un effet adrénolytique périphérique, pouvant retentir au plan hémodynamique (risque d’hypotension orthostatique).

Les antihistaminiques ont en commun la propriété de s’opposer, par antagonisme compétitif plus ou moins réversible, aux effets de l’histamine notamment sur la peau, les bronches, l’intestin, et les vaisseaux.

Ils possèdent pour la plupart une activité antitussive. qui est modeste par elle-même mais qui potentialise les effets des antitussifs centraux morphiniques ainsi que ceux d’autres bronchodilatateurs comme les aminés sympathomimétiques auxquelles ils sont souvent associés.