464px-AMI_schemeL’infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules) d’une partie du muscle cardiaque secondaire à un défaut d’oxygénation (ischémie). En langage courant, on l’appelle le plus souvent une « crise cardiaque » ou simplement « infarctus ». Il se produit quand une ou plusieurs artères coronaires se bouchent, les cellules du myocarde (le muscle constituant le cœur) irriguées par cette (ou ces) artère(s) ne sont alors plus oxygénées, ce qui provoque leur souffrance (douleur ressentie) et peut aboutir à leur mort (cicatrice de l’infarctus qui persistera habituellement). La zone « infarcie » ne se contractera plus correctement.

Mécanismes de l’occlusion

L’oblitération d’une artère coronaire obéit, schématiquement, à deux mécanismes :

la formation d’un thrombus, la formation d’un « caillot » de sang par les plaquettes qui s’agrègent, libèrent des substances thrombogènes et déclenchent des réactions en chaîne, le plus souvent au niveau de plaque(s) d’athérome préexistante(s) – l’athérome étant un dépôt qui cause l’occlusion de la veine ;
le spasme coronaire, réduction brutale de la lumière artérielle lié à la vasomotricité des artères, comme dans une crise d’asthme où le calibre des bronches s’auto-réduit spontanément.

Les deux mécanismes s’associent et s’auto-entretiennent, chacun renforçant l’activité de l’autre. Forme la plus habituelle de l’occlusion coronaire.

Mais il existe des formes « pures », spastiques, la plus « classique » étant le Prinzmetal, sus-décalage de ST caractéristique sur l’électro-cardiogramme (ECG), à condition de pouvoir enregistrer l’ECG au bon endroit, au bon moment. L’enregistrement ECG continu (Holter ECG) est ici un précieux outil, toujours à condition que le spasme se produise pendant l’examen.

À côté de cette affection anciennement décrite, existent des infarctus parfaitement authentifiés, ne s’accompagnant pas du sus-décalage bien connu. Infarctus à coronaires normales, saines en coronarographie (radiographies des artères coronaires) ou par endoscopie intracoronaire, technique moins usuelle qui consiste à monter une sorte de caméra — un appareil à ultra-sons micro échographe — à l’intérieur des artères coronaires.

Ces deux formes requièrent des traitements différents (pour ne pas dire opposés).

Dans tous les cas, survient alors une occlusion de l’artère coronaire, plus ou moins complète et, surtout, plus ou moins prolongée, provoquant une ischémie (souffrance cellulaire par défaut d’apport en d’oxygène) du territoire myocardique. Au-delà d’un temps évalué à quatre heures, se produira la mort des cellules musculaires du cœur. Plus l’ischémie persiste, plus la nécrose s’étendra et plus la zone infarcie s’étendra.

Outre la prise en compte du facteur temps dans la gestion de cette urgence médicale, la nécessité absolue d’une analyse minutieuse, pointilleuse de l’examen de référence, l’électrocardiogramme (ECG) comprenant au moins 12 dérivations (12 « angles de vision » de l’activité électrique du cœur), dont l’enregistrement doit être d’excellente qualité (parfois gênée par l’angoisse, bien légitime, d’une personne souffrante), permettra d’affirmer l’ischémie myocardique, si possible avant constitution de la nécrose, et permettra d’en reconnaître le mécanisme

Source