L’hypertension artérielle (HTA) est une pathologie cardiovasculaire définie par une pression artérielle trop élevée. Souvent multifactorielle, l’HTA peut être aiguë ou chronique, avec ou sans signes de gravité. On parle communément d’hypertension artérielle pour une pression artérielle systolique supérieure à 140 mmHg et une pression artérielle diastolique supérieure à 90 mmHg.

La pression artérielle doit être mesurée en position assise ou allongée, après 5 à 10 minutes de repos. Les valeurs doivent être retrouvées élevées à trois occasions différentes pour qu’on puisse parler d’hypertension artérielle (ou HTA). Le médecin mesure deux nombres :

celui de la pression artérielle systolique ou PAS qui reflète la pression lors de la contraction du ventricule gauche (systole),
la pression artérielle diastolique ou PAD qui reflète la pression lors de la relaxation du ventricule gauche (diastole)
une pression artérielle moyenne se calcule à partir des deux premiers.

Les mesures s’expriment en centimètre ou en millimètre de mercure (Hg). La tension artérielle est considérée comme précédant une hypertension artérielle pour des valeurs de la pression artérielle systolique comprises entre 120 et 139 mmHg et/ou de la pression artérielle diastolique comprises entre 80 et 89 mmHg1.

La notion d’hypertension artérielle limite n’existe plus.

Si des valeurs augmentées ne sont retrouvées qu’occasionnellement, on parle alors d’HTA labile qui ne nécessite alors qu’une simple surveillance, éventuellement accompagnée de mesures hygiénodiététiques.
On parle d’effet blouse blanche si la tension est élevée au cabinet du médecin et normale dans la vie de tous les jours. Cette augmentation de la pression est secondaire au stress de la consultation et n’est pas anormale. Cet effet concernerait près d’un quart des patients diagnostiqués comme hypertendus2.
Au contraire, on parle d’HTA masquée lorsque les chiffres tensionnels sont normaux au cabinet du médecin et qu’ils sont élevés autrement.

Cette définition de l’hypertension artérielle repose en fait sur l’acceptabilité d’un risque plutôt que sur la normalité d’une valeur.

L’hypertension artérielle n’est donc pas une maladie mais représente un facteur de risque qui, s’il est traité, permet d’éviter, dans une certaine mesure, des complications.

Le risque augmente avec l’élévation de la tension artérielle et il est souhaitable d’avoir des chiffres tensonniels le plus bas possible. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fixé des seuils, en tenant compte à la fois des risques tensionnels et des inconvénients liés aux traitements.

Une tension est donc considérée comme normale :

* si la pression artérielle systolique est inférieure à 140 millimètres de mercure (Hg),
* et si la pression artérielle diastolique est inférieure à 90 millimètres de Hg.

Source

Chiffres limites des différents niveaux d’hypertension
Pression systolique Pression diastolique
HTA sévère > 180 mmHg > 110 mmHg
HTA stade 2 > 160 mmHg > 100 mmHg
HTA stade 1 > 140 et < 159 mmHg > 90 et < 99 mmHg
pré HTA1 > 120 et < 139 mmHg > 80 et < 89 mmHg