La grossesse implique un changement physiologique et biochimique du corps de la femme et son fœtus. Une consultation médicale s’impose dans le cas général pour une prescription adaptée après une bonne évaluation des symptômes par le médecin traitant. Seulement certains symptômes pouvant être pris en considération par le pharmacien à l’officine qui sont : la constipation, les hémorroïdes, la toux et les varices. Il faut absolument éviter le plus que possible les médicaments pendant la grossesse à cause de leurs effets tératogènes, il est important qu’une femme avec un traitement habituel qu’elle avise son médecin de sa grossesse.

La prise en charge de certains symptômes :

Le cas des varices : elles apparaissent dès le 3ème mois de la grossesse et régressent après l’accouchement, le port de bas de contention est la mesure la plus adaptée. Si les varices persistent par la suite, un bilan phlébologique après 3 mois de l’accouchement devient nécessaire sous l’avis du médecin.

Le cas d’hémorroïdes/constipation : Les hémorroïdes sont dues à l’augmentation de la pression sanguine dans les veines de la région de l’anus. On distingue les hémorroïdes externes situées sous la peau qui entoure l’anus, généralement douloureuses se caractérisent par une petite tuméfaction bleutée plus ou moins dure sous la peau et les hémorroïdes internes situées dans le rectum, moins douloureuses, donnant l’impression que le rectum est plein. Souvent les selles sont accompagnées d’un petit saignement. Après chaque selle, il est conseillé de s’essuyer avec du linge cotonnée humide (éviter le genre de papier qui se dégrade vite et qui se colle à la peau) tout en évitant de mettre des savons, de l’eau tiède est suffisante. S’il y a des irritations anales de type démangeaisons ou bien une douleur persistante de l’anus : une consultation médicale est nécessaire.

Règles hygiéno-diététiques :

La constipation est très fréquente chez la femme enceinte, il faut bien suivre les conseils suivant :

Afin de prévenir et ou de mieux guérir évitez de consommer beaucoup de café, thé et épices, ajoutez des fibres à l’alimentation (son des céréales, légumes verts crus (de préférence râpés) et cuits, salades, fruits frais : pommes, raisin ou desséchés : pruneaux, figues, et pain complet), ajoutez également l’huile d’olive. Les repas doivent être pris lentement et à heures régulières. Les aliments devront être mastiqués soigneusement. Buvez beaucoup d’eau (il est conseillé de boire un verre d’eau fraîche ou de jus de fruits, le matin, à jeun. La ration hydrique journalière doit être au moins égale à 1,5 L).

Evitez les aliments qui ralentissent le transit intestinal : certains légumes comme le chou, céleris, radis, artichauts, lentilles, et certaines viandes : viandes en sauce ou fumées, gibiers, etc. Le poisson fumé, les œufs frits (brouillés, omelette…), certaines céréales et féculents : riz, pommes de terre (frites et chips), les fromages très fermentés ou à pâte persillée (roquefort, bleu), certains fruits : ananas, oranges, pamplemousse, citron, banane, melon, certaines pâtisseries et confiseries : gâteaux à la crème, glaces, fruits confits, pâte d’amande, chocolat, les graisses végétales ou animales cuites (fritures, beurre noir), certaines boissons gazeuses.

Il faut également favoriser l’activité physique en évitant le cyclisme (car position assise pour longtemps), et se présenter à la garde robe, toujours à la même heure sans attendre le besoin, après avoir pris une boisson glacée, une tasse de café, ou encore après le petit-déjeuner (le matin, est préférable, car le petit-déjeuner favorise le déclenchement du réflexe gastro-colique).

Après avoir adopté les mesures hygiéno-diététiques et si la constipation est déjà installée la femme peut prendre l’huile de paraffine 1 à 2 c.à.s au cours du repas du soir, ou un laxatif de type osmotique comme le Lactulose sous le conseil du pharmacien, il ne faut pas hésiter de contacter le 811 également.

Le cas d’une douleur : Le paracétamol est le seul médicament qui est le plus adapté pour la femme enceinte quelque soit le stade de la grossesse. Il ne faut pas dépasser 4g par jour (Des prises de 1g doit être espacées de 6h sans dépasser 4 jours). En cas de fièvre, il est préférable de prendre 500 mg avec des prises espacées de 3h au moins. Ces mesures sont applicables en cas d’urgence seulement (douleur dentaire…), il est faut absolument voir son médecin.

Il est préférable que le paracétamol  ne soit pas pris à jeun, à évitez en cas de problèmes de dysfonctionnement hépatique.

Le cas de toux : elle peut déclencher l’accouchement après 24ème semaine, il est important d’avoir une prise en charge par le pharmacien après avoir fait un interrogatoire, en cas de toux grasse N-acétylcystéine et la Carbocistéine sont utilisables quel que soit le stade de la grossesse. Par contre en cas de toux sèche récente (moins de 3 semaines) il faut faire attention en utilisant seulement un antitussif non-opiacé et non antihistaminique par exemple : le dextrométhorphane (à condition de s’en tenir à un usage ponctuel et de ne pas le prendre dans les jours précédant l’accouchement). Quelque soit le type de toux, il faut éviter un antitussif qui contient de l’iode. Une toux peut être la cause d’une surinfection bactérienne ou virale, il est important d’aller voir le médecin, n’appliquez pas des mesures que sous l’avis du pharmacien et qu’en cas d’urgence, n’hésitez pas également de poser vos questions en appelant le 811.

Remarques importantes :

Avant la prise de chaque médicament, il est important de signaler à votre médecin ou pharmacien vos antécédents médicaux et si vous prenez d’autres médicaments afin de bien vous orienter ;

  •  N’hésitez pas de bien lire les notices des médicaments ;
  •  Aucun traitement d’urgence ne devrait dépasser la durée spécifique autorisée ;
  •  Quelque soit le symptôme si associé à d’autres, il est important de prioriser la consultation médicale ;
  •  Un suivi de grossesse par un médecin est recommandé pour une femme enceinte.