Rhume

La toux, quels traitements envisager ?

Categories:

La toux est une réaction permettant généralement de rejeter vers l’extérieur les sécrétions accumulées dans les bronches, on distingue une toux sèche irritante longue à guérir, et une toux grasse ou productive qui génère des glaires ou des sécrétions blanches, jaunes ou vertes.
Traitement – Prévention :
–    Toux sèche : Il faut éviter d’abord tout ce qui favorise l’irritation des poumons : le tabagisme, la pollution atmosphérique, les fumées…etc. L’inflammation devrait se guérir au bout de quelques jours sinon le recours à la médication, si ça ne s’améliore pas, vous devez vite consulter un médecin.
–    Des mesures simples permettent de calmer les toux sèches : boissons chaudes et humidification de l’air ambiant.
Phytothérapie :
–    Toux sèche : Boire ½ tasse : 6 fois par jour d’une infusion préparée avec du thym, l’origan et de la réglisse en poudre à doses égales. (la réglisse déconseillée en cas de grossesse) ;thym
–    Toux grasses et bronchite : Boire 2 à 3 tasses de décoction d’Aunée officinale par jour. Vous pouvez y ajouter 5g de feuilles d’eucalyptus.
(L’Aunée est déconseillée en cas de grossesse). A prendre 2 gousses d’ail par jour. Masser la poitrine et le dos 2 fois par jour avec 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus et de thym mélangées à 2 c. à c. d’huile d’olive ou de tournesol.
Remarque : vous pouvez trouver des sirops ou des tisanes à base de ces plantes en pharmacie.
Médicaments – Toux sèche :
–    Les antitussifs : suppriment le réflexe tussigène ce qui permet à la muqueuse de se régénérer, leur utilisation ne doit pas dépasser quelques jours. On distingue des antitussifs opiacés, antihistaminiques, non opiacés et non antihistaminiques.
–    Les antitussifs opiacés : contiennent la codéine, la noscapine, la dextrométorphane, de la pholcodine  ou l’éthylmorphine, qui ne doivent pas être utilisés en vas d’insuffisance respiratoire ou de toux liée à l’asthme, ils entraînent parfois une sédation gênante en cas de conduite de véhicules, on note aussi parmi leurs effets indésirables : constipation, et vertiges. La dextrométorphane est la substance ayant le moins d’effets indésirables. Parmi ces médicaments : néo-codion sirop, Biocalyptol, Thiopectol.sirop
–    Les antitussifs antihistaminiques : sont recommandés pour la toux survenant la nuit, en raison de leur effet sédatif. Parmi leur effets indésirables : sécheresse de bouche, constipation, rétention urinaire…) sont contre indiqué en cas de glaucome à angle fermé, adénome de la prostate…). Parmi ces médicaments : Toplexil, Rhinathiol.
–    Les antitussifs non opiacés et non antihistaminiques : ils présentent moins d’effets indésirables, Parmi ces médicaments : PAXÉLADINE, TOCLASE…etc.
Toux grasse :
–    Les sirops contiennent des fluidifiants bronchiques destinés à diminuer la viscosité des sécrétions et donc faciliter les expectorations. Leur usage est rarement indispensable. Parmi ces médicaments : Carbocistéine, Fluimicil, Humex toux grasse, Muxol, Rhinathiol…etc.
Références :
http://www.eurekasante.fr/maladies/voies-respiratoires/toux-adulte.html?pb=traitements
– « Bien prescrire les médicaments » 2 ème  édition de l’organisation mondiale de la santé.
– Larousse encyclopédie des plantes médicinales.

 

 

J’ai un rhume, que faire ?

Categories:

Le rhume ou rhinopharyngite est une atteinte inflammatoire des voies respiratoires supérieures, le plus souvent due à un virus.

L’évolution de la maladie

Se fait en 1 à 3 jours. Dans la première phase on remarque que le nez coule, des éternuements, un écoulement aqueux abondant et une obstruction nasale, parfois une douleur ou irritation de la gorge et un enrouement.

Des maux de tête, une sensation de malaise et de fatigue, une fièvre modérée sont possibles.
Dans la seconde phase de résolution : les sécrétions deviennent plus épaisses avec un aspect jaune-vert due à la présence des polynucléaires (globules blancs du système immunitaire).

Il se peut qu’il y ait une surinfection bactérienne en cas de complications allant jusqu’à une bronchite, sinusite, otite.

La consultation médicale

Une consultation médicale s’impose le cas de : fièvre qui dépasse 38,5° pendant plus de 48h, altération de l’état général, antécédents asthmatiques ou bronchitiques de type chronique, une douleur ou écoulement de l’oreille (otite), une douleur intense de la gorge (angine) de plus de 48h, une écoulement nasal purulent unilatéral (sinusite).

 

Les soins à suivre 

– Pour le nez : nettoyer avec chlorure de sodium en flacons unidoses ou soluté d’eau de mer (Physiomer, Stérimar…) sinon des sprays pour décongestionner le nez. Si la muqueuse nasale est très irritée, utiliser une pommade adoucissante (HEC…). (*)

– En cas de congestion importante, utiliser des inhalations (Humex…). (*)

– Pour lutter contre la fièvre en ordre : ibuprofène, paracétamol ou aspirine (attention pour le risque hémorragique). Vous pouvez essayer des compresses imbibés d’eau mélangée à l’eau de fleur d’oranger sur le front et nuque. (*)

– Pour lutter contre la congestion nasale : à prendre des vasoconstricteurs (Dolirhume…), contre-indiqués en cas de glaucome, de troubles prostatiques, grossesse, allaitement. Parmi les effets indésirables on note : somnolence, sécheresse des muqueuses, et risque de rétention urinaire. (*)

– En absence de risque, une association de vasoconstricteur et anti-histaminique peut être proposée (Humex rhume, Actifed…). (*)

 

rhume-4Hygiène de vie

 

  • Pour éviter la dissémination du virus, utiliser des mouchoirs jetables et se laver les mains fréquemment.
  • Évitez le stress, le tabac et tout facteur de risque.
  • Toussez dans le coude.
  • Utilisez un humidificateur de l’air.

 

 

Phytothérapie

 

  • Boire le jus fraîchement pressé d’un citron, pur ou coupé d’eau chaude, ajouter 1c. à c. de miel et ½ c. à c. de cannelle pulvérisée.
  • Faire infuser 3 tranches (1g) de gingembre frais dans une tasse d’eau pendant 5min. Boire 5 tasses par jour. (*)
  • En cas de sécrétions vertes, grasses et de nez pris : Boire 3 à 4 tasses par jour d’une infusion préparée à base de thym. (*)

 

 

Produits de santé naturels

– Prendre la vitamine C : 1g le matin comme un  complément pour lutter contre l’infection, selon les does recommandés par la suite.

– Prendre des pastilles de Zinc (de 9-10 à 23 mg par Pastille) selon la dose et la fréquence recommandées.

– Prendre la Vitamine D selon les doses recommandées.

– Prendre l’échinacée selon les doses indiquées sur votre produits de santé naturel.

– Prendre de l’ail frais ou en produits de santé naturel (attention pour l’estomac).

– Prendre de l’Astragale selon les doses recommandées.

– Utiliser l’huile essentielle d’Eucalyptus: quelques gouttes dans un bol d’eau chaude (pas bouillante), et au dessus placez votre visage avec la tête couverte d’une serviette puis aspirez les vapeurs par le nez.

 

 

 

(*) consultez votre pharmacien pour éviter les interactions médicamenteuses

 

 

Comment traiter le rhume des foins ?

Categories:

Avec l’arrivée du printemps, les pollens des arbres se propagent dans l’air et provoquent  une allergie qu’on appelle « rhume des foins » ou « pollinose » ou encore « rhinite pollinique » qui est une inflammation de la muqueuse nasale.
Des moisissures qui sont présents dans l’air en sont à l’origine aussi, ce type d’allergie est saisonnier, n’est pas permanent comme  Rhume des foinsla rhinite persistante due à des allergènes domestiques (acariens, poils de chat…).
Quels sont les symptômes ?
Ecoulement nasal, l’impression d’un nez bouché,
conjonctivite allergique possible, éternuement.
Prévention :
Avant de passer à un traitement voici ce qu’il faut faire pour prévenir l’allergie :
–    Eviter les longs séjours à la compagne, et les espaces verts (les jardins…) et faire attention avec les bouquets des fleurs.
–    Eviter la pratique du sport de plein air à cette période pollinique.
–    Fermer les fenêtres (voitures, maison…) surtout lorsqu’il y a du vent.
–    Lavez-vous souvent les cheveux (les pollens s’y adhèrent).
–    Aérez  votre intérieur le soir sur une façade opposé.

Régine alimentaire :
–    Supprimer les aliments favorisant la formation du mucus (laitages, œufs, sucre, farine blanche, graisses, alcool…).
–    Manger des légumes et des fruits frais.
–    Ajouter le curcuma (épice) à vos plats.

Compléments alimentaires :
–    Il existe aussi des soins à base de compléments naturels, tel que la vitamine C (prendre 1 gramme 3 fois par jour de vitamine C pendant la durée du rhume.
–    La vitamine B5, qui est un décongestionnant nasale ou les acides gras oméga-3 qui se trouvent dans les graisses de poissons et qui atténuent les inflammations de la gorge.

Photothérapie :
–    Grande ortie (Urtica dioica ) une infusion à base des feuilles d’ortie 3-4 tasses par  jour.
–    La pétasite () : en vente principalement sous forme de médicament prêt à l’emploi.
–    la camomille vraie (ou allemande), à prendre sous forme de tisane (infusion deux fois par jour).

Le traitement médicamenteux :
–    Les antihistaminiques qui sont efficaces sur le prurit nasal et larmoiement, bref les symptômes de l’allergie.
Attention certains d’eux donne un effet sédatif (Loratidine) donc le mieux est de choisir ceux qui sont dénués de cet effet comme la cétirizine (humex allergies, Réactine…) qui peuvent être indiqués toute la période de la grossesse pour la femme enceinte ayant ce type d’allergie.Rhume des foins
–    Pour le nez congestionné, on conseille « le béclométasone » par voie nasale (Humex rhume des foins).
Remarque :
Si les symptômes persistent, il faut avoir le recours à la désensibilisation afin de déterminer l’allergène responsable, n’hésitez pas à contacter votre médecin.