Angines

Signes précurseurs de l’AVC et de la crise cardiaque

Categories: Tags:

La connaissance des signaux d’alerte des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou des crises cardiaques permettrait de sauver des milliers de vie chaque année.  Il est important de reconnaître les signes avant-coureurs d’une crise cardiaque ou de l’AVC afin de pouvoir réagir rapidement pour sauver des vies.

AVC : les symptômes d’alerte

  • Perte soudaine de force ou engourdissement soudain au visage même temporaire (possible visage paralysé et bouche déviée) et faiblesse musculaire (inertie d’un ou plus des membres du corps) ou bien paralysie d’un côté du corps (droit ou gauche);
  • Trouble de la vision se traduit par un flou visuel même temporaire;
  • Trouble de la parole : difficulté soudaine d’élocution, de compréhension ou confusion soudaine, des difficultés à trouver les mots ou à les exprimer même temporaire;
  •  Mal de tête soudain, intense et inhabituel accompagnés de nausées ;
  • Étourdissements : perte soudaine de l’équilibre, chute, des vertiges avec démarche ébrieuse, manque de coordination des mouvements;
  • Parfois troubles de la conscience, de la somnolence au coma.  Il ne faut pas négliger ces signes même si le retour à la normale est rapide, il s’agit de signaux d’alerte qui doivent être pris au sérieux, dès l’apparition de l’un des signaux ou plus : appelez le 911 ou le numéro d’urgence dans votre pays ou bien contactez votre médecin, le médicament administré pourrait être efficace et on pourrait bien éviter les séquelles.

Les signes avant-coureurs d’une crise cardiaque :

La personne qui fait une crise cardiaque peut présenter les symptômes suivants:

  • Douleur à la poitrine, pouvant s’accompagner de sensations : de serrement et malaise, douleur semblable à un écrasement, de lourdeur, de pression, de compression, de brûlure.

Autres symptômes peuvent être détectés :

  • Essoufflement;
  • Inconfort à d’autres régions du haut du corps (cou, mâchoire, épaule, bras ou dos);
  • Étourdissements;
  • Pâleur, sueur et faiblesse générale;
  • Nausées, vomissements et parfois indigestion;
  • Peur et anxiété.

Conduite à tenir :

  • Reposez la personne dans une position confortable pour elle en évitant toute activité ou stress;
  • La fondation des maladies du cœur et de l’AVC recommande la prise d’une dose normale de la nitroglycérine si la personne atteinte en prend habituellement et conseille de mâchez et avalez un comprimé pour adulte ou deux comprimés de 80 mg d’AAS (acide acétylsalicylique ou aspirine, AspirinMD) si le 9-1-1 le conseille, à condition que la personne atteinte n’y soit pas allergique ou intolérante.

Les signes avant-coureurs d’un arrêt cardiaque :

  • Perte de conscience soudaine, aucune réaction au toucher ou aux sons et respiration agonale ou inexistante.

Les étapes à suivre en ordre :

  • Sécuriser le lieu;
  • Demander à quelqu’un d’appeler les urgences 911 ou le numéro d’urgence de votre pays et demander un DEA (défibrillateur externe automatisé);
  • Si la personne ne respire pas ou si elle présente une respiration agonale, administrer la RCR (réanimation cardio-respiratoire) aussi vite que possible (après 4 minutes les chances de vie diminuent);
  • Utiliser le DEA dès qu’il arrive en appuyant et en suivant les instructions;
  • Continuer de faire les compressions jusqu’à ce que la personne recommence à respirer ou à bouger (dans ce cas là : adopter la position sécuritaire latérale gauche) ou jusqu’à ce qu’une personne avec une formation plus avancée prenne le relais.

Suivre un cours de RCR :

Je vous invite à consulter ce lien : http://rcr-fmc.ca/formations-en-rcr/suivre-un-cours-rcr/
N’hésitez pas à choisir votre ville et consulter le répertoire téléphonique pour contacter les instructeurs, la formation RCR est très importante et facile à suivre pour sauver les vies.

La toux, quels traitements envisager ?

Categories:

La toux est une réaction permettant généralement de rejeter vers l’extérieur les sécrétions accumulées dans les bronches, on distingue une toux sèche irritante longue à guérir, et une toux grasse ou productive qui génère des glaires ou des sécrétions blanches, jaunes ou vertes.
Traitement – Prévention :
–    Toux sèche : Il faut éviter d’abord tout ce qui favorise l’irritation des poumons : le tabagisme, la pollution atmosphérique, les fumées…etc. L’inflammation devrait se guérir au bout de quelques jours sinon le recours à la médication, si ça ne s’améliore pas, vous devez vite consulter un médecin.
–    Des mesures simples permettent de calmer les toux sèches : boissons chaudes et humidification de l’air ambiant.
Phytothérapie :
–    Toux sèche : Boire ½ tasse : 6 fois par jour d’une infusion préparée avec du thym, l’origan et de la réglisse en poudre à doses égales. (la réglisse déconseillée en cas de grossesse) ;thym
–    Toux grasses et bronchite : Boire 2 à 3 tasses de décoction d’Aunée officinale par jour. Vous pouvez y ajouter 5g de feuilles d’eucalyptus.
(L’Aunée est déconseillée en cas de grossesse). A prendre 2 gousses d’ail par jour. Masser la poitrine et le dos 2 fois par jour avec 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus et de thym mélangées à 2 c. à c. d’huile d’olive ou de tournesol.
Remarque : vous pouvez trouver des sirops ou des tisanes à base de ces plantes en pharmacie.
Médicaments – Toux sèche :
–    Les antitussifs : suppriment le réflexe tussigène ce qui permet à la muqueuse de se régénérer, leur utilisation ne doit pas dépasser quelques jours. On distingue des antitussifs opiacés, antihistaminiques, non opiacés et non antihistaminiques.
–    Les antitussifs opiacés : contiennent la codéine, la noscapine, la dextrométorphane, de la pholcodine  ou l’éthylmorphine, qui ne doivent pas être utilisés en vas d’insuffisance respiratoire ou de toux liée à l’asthme, ils entraînent parfois une sédation gênante en cas de conduite de véhicules, on note aussi parmi leurs effets indésirables : constipation, et vertiges. La dextrométorphane est la substance ayant le moins d’effets indésirables. Parmi ces médicaments : néo-codion sirop, Biocalyptol, Thiopectol.sirop
–    Les antitussifs antihistaminiques : sont recommandés pour la toux survenant la nuit, en raison de leur effet sédatif. Parmi leur effets indésirables : sécheresse de bouche, constipation, rétention urinaire…) sont contre indiqué en cas de glaucome à angle fermé, adénome de la prostate…). Parmi ces médicaments : Toplexil, Rhinathiol.
–    Les antitussifs non opiacés et non antihistaminiques : ils présentent moins d’effets indésirables, Parmi ces médicaments : PAXÉLADINE, TOCLASE…etc.
Toux grasse :
–    Les sirops contiennent des fluidifiants bronchiques destinés à diminuer la viscosité des sécrétions et donc faciliter les expectorations. Leur usage est rarement indispensable. Parmi ces médicaments : Carbocistéine, Fluimicil, Humex toux grasse, Muxol, Rhinathiol…etc.
Références :
http://www.eurekasante.fr/maladies/voies-respiratoires/toux-adulte.html?pb=traitements
– « Bien prescrire les médicaments » 2 ème  édition de l’organisation mondiale de la santé.
– Larousse encyclopédie des plantes médicinales.

 

 

Quel traitement pour une angine ?

Categories: Tags:

amygdaleOn définit une angine par l’inflammation des amygdales, une gorge rouge ne reflète pas forcément une angine, parfois c’est sa couleur naturelle.
Le patient en est atteint sente une douleur lors de la déglutition, qui peut aller jusqu’aux oreilles, une sensation d’irritation. Parfois crier trop fort, se stresser peut engendrer ce problème, sans que ça soit une infection bactérienne ou virale.
La majorité des angines sont dues à un virus chez l’adulte, sont associées à une rhinite, de la toux, la fièvre peut être absente ou modérée, la guérison intervient dans 2-3 jours, par contre une infection bactérienne nécessite plus de temps et une antibiothérapie, il faut se dépêcher à traiter, car les complications sont graves.
Une consultation médicale est nécessaire si la fièvre persiste en 2 jours (39-40°), et si les maux de gorge deviennent intenses avec la présence des ganglions au niveau du cou, si l’état ne s’améliore pas dans 4 jours d’automédication.
Prévention :
– Eviter de fumer, de respirer des gaz polluants comme les gaz des voitures, ne pas abuser à prendre des douches, faire attention quand vous sortez d’un endroit chaud vers un endroit froid (la différence de la température brusque les muqueuses et les IgE : ces éléments de l’immunité vont diminuer et ne procurent pas assez de protection, ce qui fait que les virus et les bactéries qui se trouvent en symbiose sur les muqueuses vont l’attaquer, la fumée aussi diminuent les IgE) ;
– Sécher vite vos cheveux si mouillés, ne manger pas des glaces d’une manière brutale ;
– Eviter de crier fort, éviter le stress aussi.
Traitement :
– Pour une angine bactérienne votre médecin vous prescrira éventuellement de l’Amxocilline comme antibiotique et Doliprane contre la fièvre et douleur, ce traitement durera 8 jours. Si l’inflammation et la douleur est très importante, il peut vous prescrira un antalgique très fort de type : Nifluril ou Votrex. Si l’angine est persistante un prélèvement biologique de la gorge est nécessaire pour éliminer certaines possibilités ou déterminer une nouvelle antibiothérapie.
– Pour une angine d’origine virale, il suffit de traiter les symptômes : s’il y a écoulement de nez, faire laver avec un sérum physiologique, ou l’eau de mer ou bien utiliser un antiseptique nasal. Pour la douleur vous pouvez prendre l’ibuprofen, et pour calmer l’inflammation on conseille l’alpha-amylase (maxilase) il existe aussi dans la pharmacie des pastilles à sucer contenant un anesthésique local.maxilase
Remarque :
Pour d’autres traitements du genre médicamenteux ou de phytothérapie ou compléments alimentaires liés à ce sujet vous pouvez voir nos autres articles :
Comment traiter le rhume ?