Homéopathie

Médicaments, plantes ou produits de santé naturels ?

Categories: Tags:

Aujourd’hui en matière des soins, on constate de plus en plus le recours au « NATUREL » soit en premier lieu pour éviter les effets indésirables des médicaments ou en dernier lieu en cas d’échec thérapeutique ou tout simplement à titre de prévention, que signifie-t-il « NATUREL » ? Ça peut être des plantes médicinales, de l’homéopathie, des probiotiques, des vitamines et des micronutriments…etc.

L’utilisation de certaines plantes médicinales a toujours prouvé son efficacité vis à vis les traitements chimiques mais le « naturel » ne signifie pas nécessairement « l’innocuité », certaines plantes médicinales malgré leurs bénéfices ne peuvent être utilisées dans leur état naturel,  et encore moins avec les fongicides, les polluants et les pesticides, on n’est plus sure de leur qualité, par contre dans les laboratoires de recherche la réglementation est sévère de sorte que les extraits des plantes subissent des examens de contrôle de qualité: au moins on est sur de l’innocuité !

 

Les catégories des produits de la santé :

 

Des médicaments avec des molécules chimiques de synthèse comme la digoxine (le toloxin) qui est un glycoside cardiotonique de la plante Digitale qu’on ne peut la consommer à l’état naturel c’est très dangereux car sa dose thérapeutique est proche de sa dose toxique (le naturel n’implique pas forcément la sécurité). Le plus pertinent dans ce genre de cas est d’utiliser le médicament, tout en respectant les directives du médecin et du pharmacien pour une utilisation optimale.

Des produits de santé naturels (PSN) par la définition de santé Canada: « En vertu du Règlement sur les produits de santé naturels, qui est entré en vigueur le 1er janvier 2004, on entend par produits de santé naturels (PSN) :

les vitamines et minéraux;

les plantes médicinales;

les remèdes homéopathiques;

les remèdes traditionnels (p. ex. médecine traditionnelle chinoise);

les probiotiques;

d’autres produits tels les acides aminés et les acides gras essentiels. » (1)

Les plantes médicinales en forme de produits de santé naturels : sont conditionnées sous plusieurs formes galéniques (poudre broyé dans des gélules, une teinture, émiettées dans des sachets pour infusion…etc.)

 

Comment choisir un produit de santé naturel (PSN) ? 

 

Pour avoir la certitude qu’un PSN est sécuritaire et efficace, assurez-vous qu’il est bien homologué par Santé Canada, c’est-à-dire qu’il détient un numéro de produit naturel (NPN). Ce NPN signifie que Santé Canada a évalué le produit en question et que celui-ci est sûr et efficace, mais aussi conforme au mode d’emploi sur l’étiquette. En accordant un NPN à un produit, Santé Canada autorise sa vente partout au Canada. Pour en savoir plus, consultez l’article suivant : http://pharmapause.com/comment-utiliser-un-produit-de-sante-naturel/

PharmaPause propose des produits de santé naturels (PSN) ayant subi les contrôles de qualité de santé Canada, pour le vérifier il suffit de chercher le produit par son numéro NPN dans la base de recherche: http://webprod5.hc-sc.gc.ca/lnhpd-bdpsnh/index-fra.jsp

 

Un supplément d’Oméga 3 ou des poissons ?

 

Santé Canada recommande une dose d’Oméga 3 de 200-5000 Milligrammes (Acide éicosapentaénoïque + Acide docosahexaénoïque et contenant un ratio Acide éicosapentaénoïque:Acide docosahexaénoïque entre0.5:1 et 2:1) , par jour pour maintenir la santé cardiovasculaire, on peut toujours aller chercher les oméga 3 dans les poissons, mais on doit s’assurer d’abord qu’ils ne sont pas pollués (la consommation de poisson est la principale source d’exposition alimentaire de l’homme au mercure) sinon on est obligé de diminuer son apport en poissons pour éviter l’intoxication à long terme et de ce fait diminuer son apport d’Oméga 3. Un produit de santé naturel peut être une bonne alternative à condition qu’il soit exempt de matières polluantes, contenant la bonne dose et ayant un NPN. Dans les laboratoires de recherche Unicity, pour avoir une pureté garantie (sans polluants) un processus de distillation moléculaire a été utilisé pour éliminer les impuretés et les polluants dans le cas du produit de santé naturel à base des omégas 3 : Oméga Life 3 (http://pharmapause.com/produit/sante-cardio-vasculaire-omega-life3/).
En résumé, vous pouvez toujours faire une comparaison risque/bénéfice et mieux investiguer le produit avant l’utilisation.

 

Références :

(1) : http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodnatur/index-fra.php

Comment utiliser un produit de santé naturel?

Categories: Tags:

 

Introduction:

Depuis maintenant plusieurs années, les consommateurs ont de plus en plus conscience du lien qui existe entre leur santé et ce qu’ils consomment. Ils optent davantage pour des produits naturels, dans le but de prévenir certains risques de maladie ou pour se garder en santé. Le vieillissement de la population, l’augmentation du coût des soins médicaux et les progrès obtenus en recherche et en développement sont quelques-uns des facteurs qui expliquent ce phénomène et qui contribuent ainsi à l’augmentation de la demande pour ce type de produits.

Une enquête menée en 2010 par Ipsos-Reid révèle que 73 % des Canadiens prennent régulièrement des produits de santé naturels (PSN), comme des vitamines et des minéraux, des plantes médicinales et des remèdes homéopathiques et d’après un récent sondage réalisé par Ipsos Reid, 76 % des Canadiens ont acheté des PSN, soit environ 24 millions de Canadiens.

 

Qu’est-ce qu’un produit de santé naturel «PSN»?

Le terme produit de santé naturel (PSN) est utilisé au Canada pour désigner une gamme de produits de santé, y compris: les suppléments de vitamines et de minéraux, les herbes médicinales et d’autres remèdes à base de plantes, les remèdes traditionnels (tels que les remèdes traditionnels chinois et ayurvédiques [Indes orientales]), les remèdes homéopathiques, les acides gras (tels que les oméga 3, 6 et 9), les probiotiques et certains produits d’hygiène personnelle comme les antisudorifiques, les shampooings médicamentés et les rince-bouches.

 

Avec tous les produits qu’on retrouve sur le marché, comment savoir si un PSN est sécuritaire et efficace?

Santé Canada évalue l’innocuité, l’efficacité et la qualité d’un PSN avant d’en autoriser la vente au Canada. En évaluant le PSN, Santé Canada fait l’examen de l’information fournie par le demandeur pour déterminer si la formulation du produit est sécuritaire et si les bienfaits allégués pour la santé sont raisonnables étant donné les ingrédients et les doses proposées. Santé Canada évalue tous les risques que le produit pourrait présenter, par exemple s’il est pris en association avec d’autres PSN, un médicament sur ordonnance ou un aliment, ou s’il est utilisé par certaines personnes, comme les femmes enceintes ou celles qui allaitent.

L’évaluation de Santé Canada assure que les mises en garde figurent sur l’étiquette, de manière à ce que les consommateurs puissent faire des choix éclairés. Santé Canada examine également les pratiques et les mesures de contrôle relatives à la fabrication et à la transformation du PSN pour s’assurer que le PSN est de haute qualité (p. ex. mesures de contrôle visant à prévenir la contamination des produits ou une erreur mettant en cause l’utilisation d’un mauvais ingrédient).

Pour avoir la certitude qu’un PSN est sécuritaire et efficace, assurez-vous qu’il est bien homologué par Santé Canada, c’est-à-dire qu’il détient un numéro de produit naturel (NPN). Ce NPN signifie que Santé Canada a évalué le produit en question et que celui-ci est sûr et efficace, mais aussi conforme au mode d’emploi sur l’étiquette. En accordant un NPN à un produit, Santé Canada autorise sa vente partout au Canada.

Pour avoir les informations d’un produit ayant (NPN XXXXXX), vous pouvez accéder à la base des Produits de Santé Naturels homologués sur ce lien : http://webprod5.hc-sc.gc.ca/lnhpd-bdpsnh/index-fra.jsp

Sachez toutefois que vous pouvez retrouver sur les tablettes de certains magasins des produits qui n’ont pas encore fait l’objet d’une évaluation complète par Santé Canada. Ces produits ont reçu un numéro d’exemption (EN XXXXXX). Ils ont été soumis à une première évaluation et répondent ainsi à certains critères, mais ne sont pas homologués.

Pour  chercher un produit de santé naturel exempté, vous pouvez accéder au lien : http://webprod3.hc-sc.gc.ca/product-produit/search-rechercheReq.do?lang=fra

Comment puis-je savoir si un certain PSN me convient?

Les consommateurs sont invités à lire et à respecter les étiquettes des PSN, car elles contiennent des renseignements utiles pouvant les aider à prendre des décisions éclairées sûres.

L’information qui se trouve sur l’étiquette inclus : la dose qu’il est recommandée de prendre, la voie d’administration, l’utilisation recommandée (c’est-à-dire, l’allégation relative aux effets sur la santé); une liste complète des ingrédients médicinaux et non médicinaux; tous les risques associés à l’usage du produit tels que les précautions, les mise en gardes, les contre-indications, et les réactions indésirables connues. Par exemple, l’étiquette montrera si le produit ne devrait pas être pris en combinaison avec certains PSN, médicaments sur ordonnance ou aliments. Elle vous laissera aussi savoir si le produit ne devrait pas être pris par certaines personnes comme les femmes enceintes, les diabètes, ou les cardiaques.

Vous pouvez effectuer un choix de produits de santé naturel selon votre besoin sur pharmapause, nos produits sont approuvés par santé Canada et sont classés selon des catégories pour faciliter l’usage et sont accompagnés de témoignages:

http://pharmapause.com/categorie-produit/produits-de-sante-naturels/

Pour plus d’informations sur les produits de santé naturels, consultez : http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodnatur/index-fra.php

 

Références:

http://www.opq.org/

http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodnatur/index-fra.php

http://www.parl.gc.ca/

 

La toux, quels traitements envisager ?

Categories:

La toux est une réaction permettant généralement de rejeter vers l’extérieur les sécrétions accumulées dans les bronches, on distingue une toux sèche irritante longue à guérir, et une toux grasse ou productive qui génère des glaires ou des sécrétions blanches, jaunes ou vertes.
Traitement – Prévention :
–    Toux sèche : Il faut éviter d’abord tout ce qui favorise l’irritation des poumons : le tabagisme, la pollution atmosphérique, les fumées…etc. L’inflammation devrait se guérir au bout de quelques jours sinon le recours à la médication, si ça ne s’améliore pas, vous devez vite consulter un médecin.
–    Des mesures simples permettent de calmer les toux sèches : boissons chaudes et humidification de l’air ambiant.
Phytothérapie :
–    Toux sèche : Boire ½ tasse : 6 fois par jour d’une infusion préparée avec du thym, l’origan et de la réglisse en poudre à doses égales. (la réglisse déconseillée en cas de grossesse) ;thym
–    Toux grasses et bronchite : Boire 2 à 3 tasses de décoction d’Aunée officinale par jour. Vous pouvez y ajouter 5g de feuilles d’eucalyptus.
(L’Aunée est déconseillée en cas de grossesse). A prendre 2 gousses d’ail par jour. Masser la poitrine et le dos 2 fois par jour avec 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus et de thym mélangées à 2 c. à c. d’huile d’olive ou de tournesol.
Remarque : vous pouvez trouver des sirops ou des tisanes à base de ces plantes en pharmacie.
Médicaments – Toux sèche :
–    Les antitussifs : suppriment le réflexe tussigène ce qui permet à la muqueuse de se régénérer, leur utilisation ne doit pas dépasser quelques jours. On distingue des antitussifs opiacés, antihistaminiques, non opiacés et non antihistaminiques.
–    Les antitussifs opiacés : contiennent la codéine, la noscapine, la dextrométorphane, de la pholcodine  ou l’éthylmorphine, qui ne doivent pas être utilisés en vas d’insuffisance respiratoire ou de toux liée à l’asthme, ils entraînent parfois une sédation gênante en cas de conduite de véhicules, on note aussi parmi leurs effets indésirables : constipation, et vertiges. La dextrométorphane est la substance ayant le moins d’effets indésirables. Parmi ces médicaments : néo-codion sirop, Biocalyptol, Thiopectol.sirop
–    Les antitussifs antihistaminiques : sont recommandés pour la toux survenant la nuit, en raison de leur effet sédatif. Parmi leur effets indésirables : sécheresse de bouche, constipation, rétention urinaire…) sont contre indiqué en cas de glaucome à angle fermé, adénome de la prostate…). Parmi ces médicaments : Toplexil, Rhinathiol.
–    Les antitussifs non opiacés et non antihistaminiques : ils présentent moins d’effets indésirables, Parmi ces médicaments : PAXÉLADINE, TOCLASE…etc.
Toux grasse :
–    Les sirops contiennent des fluidifiants bronchiques destinés à diminuer la viscosité des sécrétions et donc faciliter les expectorations. Leur usage est rarement indispensable. Parmi ces médicaments : Carbocistéine, Fluimicil, Humex toux grasse, Muxol, Rhinathiol…etc.
Références :
http://www.eurekasante.fr/maladies/voies-respiratoires/toux-adulte.html?pb=traitements
– « Bien prescrire les médicaments » 2 ème  édition de l’organisation mondiale de la santé.
– Larousse encyclopédie des plantes médicinales.

 

 

Séné

Categories:

Le séné (Senna alexandrina) est un petit arbuste de la famille des Caesalpiniaceae, ou des Fabaceae, sous-famille des Caesalpinioideae, selon la classification phylogénétique.

Utilisation

Il est utilisé comme plante médicinale. Il était un constituant du catholicum simple de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle1.

Il est utilisé comme purgatif, proche de l’aloès et de la rhubarbe dont les principes actifs sont des dérivés naturels de l’anthraquinone qui augmentent les mouvements péristaltiques du côlon (Voir aussi glycoside).

L’anthraquinone est utilisé comme laxatif à partir d’un seuil de 30 mg à 36 mg par jour. Les dérivés naturels (glucosides d’anthraquinone) se transforment dans le côlon en sennosides. Ces derniers sont hydrophiles et réduisent l’absorption de l’eau en vue d’avoir un bol fécal fluide. Ils évitent par conséquent la formation de selles grumeleuses à partir du seuil de 30 mg à 36 mg par jour. Au delà de ce seuil, les selles tendent à devenir très molles ou liquides.

Les sennosides et les glucosides d’anthraquinone contiennent un groupe d’aglycone. Ils sont présents dans les gousses et les feuilles du séné, le rhizome de la rhubarbe, la bourdaine, le cascara et notamment l’aloès.
Stimulation du transit intestinal

Les sénnosides présents dans le séné vont induire une amélioration du péristaltisme par deux phénomènes différents :

  •     D’une part, les sennosides, une fois arrivés dans le côlon vont être scindés en rhéine (en) par l’action de la flore intestinale 2. Cette rhéine ainsi formée va induire une libération plus prononcée de sérotonine/histamine qui aura comme conséquence une stimulation de l’activité de prostaglandine E2. Cette dernière, à son tour, va stimuler les contractions musculaires péristaltiques.
  •     D’autre part, les sennosides augmentent l’activité de l’enzyme oxyde nitrique synthase constitutivement exprimé3. Ces enzymes sont responsables de la production de monoxyde d’azote (NO) à partir de la L-arginine. Très labile, le NO diffuse vers les couches musculaires où il provoque une relaxation des cellules musculaires lisses en augmentant le taux intracellulaire de GMP cyclique (GMPc) 4. En plus de l’amélioration de la contraction musculaire du péristaltisme, il y aura donc également une amélioration du relâchement musculaire après contraction. Cela augmente encore la vitesse de progression du bol alimentaire par l’augmentation des amplitudes des contractions péristaltiques5,6.

Les sennosides présent dans le séné vont induire une amélioration du péristaltisme en augmentant la sécrétion de prostaglandine E2 mais également le relâchement des muscles lisses intestinaux par la production de NO.

Sécurité d’utilisation

De multiples études sont également effectuées pour élucider la pharmacodynamie ainsi que pour définir le niveau maximum acceptable pour les humains chez les adultes normaux ainsi que dans des cas plus spécifiques tels que la grossesse et les personnes âgées. Il a été clairement démontré chez l’homme, et ceci parmi le groupe le plus sensible à la perte de potassium, à savoir les personnes âgées, que même l’utilisation à long terme d’une dose normale d’anthraquinone (sennosides équivalent à 20 mg/jour pendant 6 mois) n’a provoqué aucun changement dans le pool de potassium échangeable7,8. Ces résultats démontrent qu’il n’y a aucun risque de perte d’électrolyte accrue lors de l’utilisation à des doses normales de compléments alimentaires contenant des dérivés anthracéniques.

Source – http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9n%C3%A9_%28plante%29

Psyllium

Categories:

Caractéristiques

  •     Organes reproducteurs

Couleur dominante des fleurs : blanc
Période de floraison : juin-septembre
Inflorescence : épi simple
Sexualité : hermaphrodite
Pollinisation : anémogame

  •     Graine

Fruit : akène
Dissémination : barochore

  •     Habitat et répartition

Habitat type : friches annuelles, subnitrophiles, médioeuropéennes, des sols sablo-graveleux
Aire de répartition : eurasiatique

À propos du nom scientifique

Les auteurs sont généralement d’accord pour considérer trois noms scientifiques comme synonymes :

  •     Plantago arenaria Waldst. & Kit. 1801
  •     Plantago scabra Moench 1794
  •     Plantago psyllium L. 1753

Néanmoins, ils ne s’accordent pas clairement sur lequel choisir comme valide. Selon la loi d’antériorité, Plantago psyllium L. 1753 pourrait être choisi. Cependant ce nom est ambigu car il ne doit pas être confondu avec Plantago psyllium non auct. L. (1753), sensu L. (1762) (c’est-à-dire une seconde description non valide faite par Linné avec le même nom mais pour ce qui était en fait une autre espèce : Plantago afra)