Search for: stress

Comment soulager le syndrome de la fatigue chronique (SFC) ?

Categories:

Ce syndrome est caractérisé par des périodes de fatigue non soulagée par le repos d’une durée d’au moins 6 mois. On lui a attribué aussi d’autres noms : Encéphalomyélite myalgique (EM).

Les causes de ce syndrome mystérieux ne sont pas connues et on suppose qu’il fait suite d’une dysfonction immunitaire (infections virales), une exposition aux pesticides et /ou aux toxines environnementales, troubles endocriniens, troubles métaboliques, perturbation du sommeil, intoxication aux métaux lourds, des facteurs psychologiques (stress, anxiété, dépression) et ça peut être lié aussi à une hypothyroïdie.

 

Symptômes

 

Des maux de tête, troubles de mémoire et de concentration, une faiblesse musculaire, difficulté à dormir, enflure des ganglions, mal de gorge, douleurs articulaires, sensibilité anormale aux sons, à la lumière ou les odeurs, nausées et une hypotension possible.

 

Prévention

 

  • Essayez de réduire le stress.
  • Adopter une alimentation équilibrée à base d’aliments non exposés aux pesticides, sinon lavez bien vos légumes et fruits et même les grains (jusqu’à avoir une eau claire).
  • Évitez les allergènes au niveau de votre alimentation (isolez les intolérances alimentaires, souvent dues au : lait, le blé, les aliments fermentés).
  • Évitez de vous exposer aux ondes électromagnétiques, aux bruits forts et aux lumières stimulantes.
  • Augmentez vos exercices physiques graduellement ou pratiquez du Yoga.
  • Évitez les aliments sucrés (causent une diminution des capacités immunitaires).
  • Hydratez-vous bien en buvant beaucoup d’eau (pas d’un seul coup).
  • Réduisez ou cessez la consommation de l’alcool et la caféine.
  • Consommez des fruits contre l’inflammation : grenadine, bleuets, framboises.
  • Maîtrisez les taux sanguin du sucre de sorte d’éviter des variations importantes (souvent dues à l’ingestion des sucres raffinés), vous pouvez voir dans les illustrations la courbe idéale de la sécrétion d’insuline et des exemples de la variation de la glycémie selon le type d’alimentation.

 courbe de glycémiecourbe selon le type d'aliment

 

Suppléments en vitamines et oligo-éléments

 

Il est important de fortifier son système immunitaire et stimuler son énergie par la prise des antioxydants, des acides aminés, des vitamines et oligo-éléments : une multivitamine, complexe B, vitamine C, D, E, magnésium, zinc, N-acétylcystéine.

Vous pouvez aussi lutter contre l’inflammation par la consommation des Oméga 3 (en dose anti-inflammatoires).

Pour l’énergie : Coenzyme Q10, NADH.

Pour un sommeil réparateur : Mélatonine (commencez avec la moindre dose et évitez un excès de dose sinon vous allez avoir la sensation de fatigue), puis optez pour des plantes comme: la camaomille, houblon, mélisse…etc.

 

Phytothérapie

 

Plantes ou produits de santé naturels à base du : Ginseng (pour l’énergie), le thym (en épice ou sous forme d’infusion contre la grippe) et l’échinacée (pour le système immunitaire).

 

Précautions d’emploi 

 

Vous devez prendre vos compléments selon les doses recommandés en fonction de l’effet désiré, sans oublier de vérifier les interactions avec vos médicaments ou la nourriture, n’hésitez pas à contacter un professionnel de santé.

  • Évitez la mélatonine avec les médicaments ayant un effet sédatif ou les inhibiteurs calciques.
  • Surveillez la tension artérielle en cas de consommation du ginseng et à éviter avec la caféine.
  • Des interactions possibles avec les anticoagulants (consultez un praticien de santé).
  • Prenez vos vitamines et minéraux avec de la nourriture pour améliorer leurs absorption.

 

 

Références :

http://sante.canoe.ca/condition_info_details.asp?disease_id=32
ISERIN, P. et al. (2001). Larousse Encyclopédie des plantes médicinales. Paris : VUEF, 336p.

 

 

Home

Slide background
Conseils préventifs
Produits de santé naturels

Pistes

DOSSIERS GRATUITS

Nos dossiers vous informent sur les mesures hygiènicodietètiques à tenir dans les cas de 1211810014problèmes de santé liés au cancer, au diabète, aux maladies cardiaques, aux rhumes et angines, et certains autres symptômes.

Médicaments, plantes ou produits de santé naturels ?

Médicaments, plantes ou produits de santé naturels ?

Aujourd’hui en matière des soins, on constate de plus en plus le recours au « NATUREL » soit en premier lieu pour éviter les effets indésirables [lire plus]

Comment soulager le syndrome de la fatigue chronique (SFC) ?

Comment soulager le syndrome de la fatigue chronique (SFC) ?

Ce syndrome est caractérisé par des périodes de fatigue non soulagée par le repos d’une durée d’au moins 6 mois. On lui a attribué [lire plus]

Six mécanismes d’actions contre le surpoids

Six mécanismes d’actions contre le surpoids

La composition corporelle est un indicateur important de la santé des personnes et des populations. Un excès de poids est associé à un risque [lire plus]

Comment optimiser les bénéfices des produits de santé naturels ?

Comment optimiser les bénéfices des produits de santé naturels ?

Il faut suivre certaines instructions lors de la prise des produits de santé naturels de type Unicity Balance pour des résultats maximaux : 1. Prendre [lire plus]

Comment prévenir l’hyperglycémie en cas de diabète?

Comment prévenir l’hyperglycémie en cas de diabète?

Introduction Le diabète sucré est un trouble caractérisé par l’hyperglycémie et la glycosurie. Il existe deux types de diabètes : le diabète insulinodépendant (type I) [lire plus]

Comment soulager les douleurs de l’estomac ?

Comment soulager les douleurs de l’estomac ?

Introduction: Les douleurs de l’estomac peuvent varier entre : brûlures, spasmes, crampes, dyspepsie, mauvaise digestion…etc. De ce fait, Il est important de bien prendre son [lire plus]

Comment traiter les céphalées?

Comment traiter les céphalées?

La céphalée est symptôme très répondu chez la population et qui reflète rarement une affection grave, elle est due principalement à une tension musculaire [lire plus]

Signes précurseurs de l’AVC et de la crise cardiaque

Signes précurseurs de l’AVC et de la crise cardiaque

La connaissance des signaux d’alerte des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou des crises cardiaques permettrait de sauver des milliers de vie chaque année.  Il [lire plus]

Comment prévenir les maladies du Cœur et l’AVC ?

Comment prévenir les maladies du Cœur et l’AVC ?

Le cœur est un muscle qui travaille comme une pompe au niveau du système circulatoire et assure la circulation du sang dans tout l’organisme. [lire plus]

Comment soulager les douleurs de l’estomac ?

Categories: Tags:

Introduction:

Les douleurs de l’estomac peuvent varier entre : brûlures, spasmes, crampes, dyspepsie, mauvaise digestion…etc. De ce fait, Il est important de bien prendre son temps à manger et à bien mâcher les aliments avant de les avaler, pour réduire leur temps de séjour dans l’estomac et donc réduire la stimulation de la sécrétion de l’acide chlorhydrique. Un surplus de cet acide cause des brûlures de l’estomac, des irritations et des malaises. Toutefois, le surplus de l’acidité peut être lié à un autre problème de santé où il est indispensable de consulter un médecin.

Quels sont les médicaments qui provoquent les douleurs de l’estomac ?

Des douleurs d’estomac peuvent être provoquées par des médicaments comme :

  • les AINS ;
  • certains antibiotiques (macrolides) ;
  • certains anti-parkinsoniens.

Comment prévenir le surplus d’acidité et protéger l’estomac ?

Des simples mesures peuvent prévenir les brûlures de l’estomac :

  • mâchez bien la nourriture avant d’avaler ;
  • mangez et buvez lentement;
  • évitez le stress;
  • évitez les substances excitantes qui favorisent la sécrétion de l’acide gastrique : tabac, café, thé, alcool…etc;
  • évitez certains aliments (car acides) : agrumes, vinaigre, tomates, aliments épicés ou trop gras;
  • répartissez les repas de sorte de manger léger sur plusieurs fois que de manger copieux en une ou deux fois;
  • évitez la position allongée qui favorise les reflux gastro-œsophagien et laissez le temps nécessaire à votre estomac d’entamer le processus de digestion;
  • évitez certaines médicaments : les anti-inflammatoires, les corticoïdes…etc. Il est préférable de demander l’avis de votre pharmacien pour éviter cet effet indésirable;
  • évitez les boissons gazeuses et les aliments qui déclenchent les brûlures dans votre cas;

Quand il est nécessaire de voir un médecin ?

Dans les cas suivants :

  • des brûlures qui durent plus que 10-15 jours;
  • si les douleurs épigastriques durent de plus de 8 jours;
  • des antécédents d’ulcère gastrique;
  • présence du sang dans les selles;
  • des symptômes liés au système cardiovasculaire, respiratoire ou rénal;
  • une condition de grossesse ou d’allaitement;
  • prise de médicaments anti-inflammatoires;
  • maladie chronique comme le diabète, maladie rénale ou hépatique;

Quel type de médication à adopter ?

Médicaments en vente libre :

Si vous voulez un soulagement immédiat, optez pour les formes liquides que les comprimés à croquer. Pour un résultat optimal avec ces derniers, il faut bien les mastiquer et boire une bonne quantité d’eau pour qu’ils puissent se dissoudre rapidement et agir contre l’acidité.

Les antiacides comme Gaviscon et Maalox : d’une durée courte, ils neutralisent l’excès de l’acide, ils sont les plus utilisés.

Il est important de voir votre pharmacien pour déterminer le bon médicament et la bonne dose adaptée à votre cas et basée sur votre médication.

Aliments :

vous pouvez manger des bananes, des yaourts légers sinon vous pouvez prendre des petites quantités de lait.

Phytothérapie :

  • Afin de tapisser et de protéger la paroi des muqueuses gastrique et intestinale contre l’excès des flux acides, prendre de la guimauve (Althea offiànalis), de la réglisse (Glycyrrhisa glabraou) de la mousse d’Islande (Cetraria islanâica) qui, lorsqu’on les trempe dans l’eau, sont des plantes à mucilages collants. L’ulmaire (reine des prés) consolide la paroi de l’estomac et réduit l’acidité (boire 5 tasses par jour d’une infusion préparée avec les sommités fleuries).                    Remarque : L’ulmaire (Filipendula ulmaria) contient des dérivés salicylés, contrairement à l’Aspirine, elle n’endommage pas les muqueuses stomacales et intestinales. À éviter en cas d’intolérance aux salicylés (Aspirine,…etc.).
  • Une infusion avec 1 c. à c, bien pleine, de graines de fenouil ou d’anis, ou d’aneth, pour 750 ml d’eau. Boire au cours de la journée1.
  • Contre l’indigestion : un bon remède la Camomille allemande (Cliamomilla recutita): faire une infusion dans un récipient couvert. Boire jusqu’à 5 tasses par jour1.

 

Remarque :

avant l’utilisation de plantes médicinales, consultez un professionnel de la santé.

Références :

  • ISERIN, P. et al. (2001). Larousse Encyclopédie des plantes médicinales. Paris : VUEF, 336p.

Comment soulager les ballonnements?

Categories: Tags:

Ce malaise est appelé aussi « aérophagie » caractérisé par la présence des flatulences (des gaz) dans l’estomac ou dans l’intestin.

Comment se forment les flatulences ?

L’air dégluti et les fermentations sont dues à l’action des bactéries intestinales sur les résidus alimentaires causants des flatulences.

L’ingestion de l’air peut jouer aussi un rôle par rapport à la présence des flatulences et cela se produit en avalant de l’air avec les mouvements de la déglutition en mangeant rapidement ou dans un état se stress ou d’angoisse. La respiration par la bouche, un dentier mal ajusté et la fumée ce sont des facteurs qui favorisent l’ingestion de l’air.

La formation des ballonnements est liée aussi à la constipation, une occlusion intestinale, une gastrite, une maladie de la vésicule biliaire, un ulcère gastrique ou un état de stress.

Un excès de de consommation de fibres peut être mis en cause, dans ce cas là il suffit simplement de diminuer les doses ou la quantité puis la remonter graduellement.

Quels sont les aliments qui favorisent les gaz ?

La consommation des aliments composés de sucres complexes est une source importante de gaz. Ces sucres complexes ne sont pas transformés en sucres simples absorbables, ils passent dans les intestins où ils sont utilisés comme source de nourriture par les bactéries qui forment par la suite des gaz.

On note parmi les aliments sources de sucres complexes : Choux, choux de Bruxelles, choux fleurs, brocolis, lentilles, pois, pois chiches, haricots, fèves de soja, fèves rouges, seigle, blé, pâtes, pain à grain entier, produits laitiers,…etc.

La consommation de boissons gazeuses, de la bière, la caféine, les aliments gras et les aliments ayant dans leur composition du sorbitol ou du fructose est responsable aussi de la formation des flatulences.

Et s’il s’agit d’une maladie plutôt que d’un malaise ?

Le ballonnement et les flatulences sont, avec la douleur, les signes principaux des « colites », « colopathies » ou ce qu’on appelle : « côlon irritable » une maladie qui s’associe à l’anxiété, l’insomnie, la dépression et le stress.

La déficience en enzyme « lactase » dans les intestins est responsable de la mauvaise digestion du sucre « lactose » contenu dans les produits laitiers, par conséquent, le lactose est fermenté par les bactéries intestinales causant ainsi des gaz.

Une déficience en lactase peut être suspectée lorsque les gaz sont accompagnés de diarrhées, de crampes et de douleurs abdominales et qu’ils surviennent des heures après l’ingestion des produits laitiers.

La flatulence peut être un effet secondaire des antibiotiques qui détruisent ou modifient temporairement l’équilibre de la flore intestinale (bactéries) essentielle à la digestion.

Comment prévenir les gaz ?

En adoptant des simples mesures :

– Évitez les aliments riches en sucres complexes et les boissons gazeuses.
– Essayez de manger lentement dans une ambiance calme en évitant de parler.
– Évitez de mâcher la gomme et de boire en mangeant.
– Évitez la consommation de produits avec du sorbitol ou de fructose.
– Traitez la constipation ou la déficience en lactase (en évitant par exemple les produits laitiers).
– Évitez de manger de bout et adopter une bonne posture (le dos bien droit, les genoux au même niveau que votre bassin et les pieds bien à plat sur le sol.
– Évitez les vêtements trop serrés.
– Évitez de dormir juste après manger.
– Faites des exercices (l’aérobie, marche, natation…etc.).

Quand consulter un médecin ?

Il est recommandé de consulter le médecin si vous avez des douleurs abdominales, une constipation fréquente ou une diarrhée, une persistance de flatulences malgré l’application des mesures hygiéno-diététiques et si vous perdez le poids.

Quels sont les traitements disponibles ?

Sous les recommandations de votre pharmacien, vous pouvez prendre :

Traitements naturels :

– Des comprimés de charbon de bois.
– Un probiotique pour générer la flore intestinale.
– Le jus d’ananas, de papaïne.

Traitements médicamenteux :

– La siméthicone (Ovol®) : pour prévenir ou soulager la flatulence.
– La lactase (Lactaid®) : si vous êtes intolérants au lactose.
– Les enzymes alpha-galactosidase : qui agissent sur les sucres complexes provoquant la flatulence.
– Du charbon : Carbolevure®.

Produits de santé naturels:

Laxatif en tisane de type Unicity Nature’S Tea pour stimuler le transit intestinal et éliminer les toxines.
Laxatif doux en capsules de type Unicity Aloe Vera pour traiter la constipation occasionnelle de sorte de stimuler la digestion et favoriser l’équilibre de la flore intestinale.

 

Comment traiter les céphalées?

Categories:

La céphalée est symptôme très répondu chez la population et qui reflète rarement une affection grave, elle est due principalement à une tension musculaire qui déclenche une douleur par la suite. Cette douleur peut être localisée au niveau des tempes, le front et la tête, si elle est unilatérale et intense au niveau de la tête et en plus si elle s’accompagne à d’autres symptômes (nausées par exemple) il s’agit dans ce cas-là de la migraine.

Quels sont les facteurs mis en cause ?

  • Le stress en premier lieu;
  • La carence en minéraux et éléments nutritifs au niveau des vaisseaux sanguins, les nerfs et les muscles;
  • Une grippe ou une affection spécifique;
  • La déshydratation;
  • L’abus d’alcool;
  • Une affection du sinus;
  • Une affection dentaire;
  • Éclairage insuffisant;
  • Perturbations hormonales;
  • Atmosphère enfumée;
  • Fatigue oculaire;
  • Hypersensibilité alimentaire et allergie;
  • La prise de certains médicaments;
  • Dans les cas exceptionnels : tumeur cérébral ou AVC.

 

Quelle est la conduite à tenir ?

  • Il faut prévenir en évitant tous les facteurs mis en cause si c’est possible et adopter une alimentation saine.
  • Pour la déshydratation : buvez au moins 6 verres par jour, de préférence des gorgées de temps en temps.
  • Pour le stress : agissez par une bonne gestion et essayez de changer les idées par des activités plaisantes.
  • Le cas de l’air pollué : aériez votre pièce, évitez la fumée des cigarettes et utilisez un humidificateur.
  • En cas de prise de médicaments : informez-vous auprès de votre pharmacien ou médecin et discutez une possibilité de substitution ou changement de traitement.
  • Le cas d’un mauvais éclairage : ajustez l’éclairage et nettoyez les zones ombrées.
  • Le cas de la migraine : Identifiez vos éléments déclencheurs et évitez-les autant que possible.

 

Traitements :

Phytothérapie :

Une infusion à base de la grande camomille s’est avéré efficace, il est recommandé de la procurer de la pharmacie ou d’un herboriste certifié.

Aromathérapie :

En cas de céphalée due à une congestion nasale suite à un rhume ou une grippe ou une inflammation sinusienne : vous pouvez utiliser l’essence d’eucalyptus, sinon le plus facile est d’utiliser les feuilles seulement dans une infusion et inhaler les vapeurs en utilisant une serviette sur la tête pour mieux cibler.

Le cas d’une céphalée de tension musculaire : mettez dans votre baignoire dans l’eau chaude quelques gouttes de l’huile essentielle de Lavande. Vous pouvez utiliser également quelques gouttes de l’huile essentielle de menthe poivrée (pas plus que 5 gouttes) sur des compresses humidifiées sur la zone atteinte (évitez les yeux et les muqueuses irritées ou tout endroit sensible) puis procéder à un massage par acupressure sur les zones temporales, frontales et occipitales.

Médication :

Le Paracétamol ®: sous l’avis de votre pharmacien prenez 1g de préférence sans dépasser 4g/24h avec un intervalle de 6h.

Le Tylenol® : même si le médicament est en vente libre, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien pour éviter tout effet nocif sur votre santé.

Signes précurseurs de l’AVC et de la crise cardiaque

Categories: Tags:

La connaissance des signaux d’alerte des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou des crises cardiaques permettrait de sauver des milliers de vie chaque année.  Il est important de reconnaître les signes avant-coureurs d’une crise cardiaque ou de l’AVC afin de pouvoir réagir rapidement pour sauver des vies.

AVC : les symptômes d’alerte

  • Perte soudaine de force ou engourdissement soudain au visage même temporaire (possible visage paralysé et bouche déviée) et faiblesse musculaire (inertie d’un ou plus des membres du corps) ou bien paralysie d’un côté du corps (droit ou gauche);
  • Trouble de la vision se traduit par un flou visuel même temporaire;
  • Trouble de la parole : difficulté soudaine d’élocution, de compréhension ou confusion soudaine, des difficultés à trouver les mots ou à les exprimer même temporaire;
  •  Mal de tête soudain, intense et inhabituel accompagnés de nausées ;
  • Étourdissements : perte soudaine de l’équilibre, chute, des vertiges avec démarche ébrieuse, manque de coordination des mouvements;
  • Parfois troubles de la conscience, de la somnolence au coma.  Il ne faut pas négliger ces signes même si le retour à la normale est rapide, il s’agit de signaux d’alerte qui doivent être pris au sérieux, dès l’apparition de l’un des signaux ou plus : appelez le 911 ou le numéro d’urgence dans votre pays ou bien contactez votre médecin, le médicament administré pourrait être efficace et on pourrait bien éviter les séquelles.

Les signes avant-coureurs d’une crise cardiaque :

La personne qui fait une crise cardiaque peut présenter les symptômes suivants:

  • Douleur à la poitrine, pouvant s’accompagner de sensations : de serrement et malaise, douleur semblable à un écrasement, de lourdeur, de pression, de compression, de brûlure.

Autres symptômes peuvent être détectés :

  • Essoufflement;
  • Inconfort à d’autres régions du haut du corps (cou, mâchoire, épaule, bras ou dos);
  • Étourdissements;
  • Pâleur, sueur et faiblesse générale;
  • Nausées, vomissements et parfois indigestion;
  • Peur et anxiété.

Conduite à tenir :

  • Reposez la personne dans une position confortable pour elle en évitant toute activité ou stress;
  • La fondation des maladies du cœur et de l’AVC recommande la prise d’une dose normale de la nitroglycérine si la personne atteinte en prend habituellement et conseille de mâchez et avalez un comprimé pour adulte ou deux comprimés de 80 mg d’AAS (acide acétylsalicylique ou aspirine, AspirinMD) si le 9-1-1 le conseille, à condition que la personne atteinte n’y soit pas allergique ou intolérante.

Les signes avant-coureurs d’un arrêt cardiaque :

  • Perte de conscience soudaine, aucune réaction au toucher ou aux sons et respiration agonale ou inexistante.

Les étapes à suivre en ordre :

  • Sécuriser le lieu;
  • Demander à quelqu’un d’appeler les urgences 911 ou le numéro d’urgence de votre pays et demander un DEA (défibrillateur externe automatisé);
  • Si la personne ne respire pas ou si elle présente une respiration agonale, administrer la RCR (réanimation cardio-respiratoire) aussi vite que possible (après 4 minutes les chances de vie diminuent);
  • Utiliser le DEA dès qu’il arrive en appuyant et en suivant les instructions;
  • Continuer de faire les compressions jusqu’à ce que la personne recommence à respirer ou à bouger (dans ce cas là : adopter la position sécuritaire latérale gauche) ou jusqu’à ce qu’une personne avec une formation plus avancée prenne le relais.

Suivre un cours de RCR :

Je vous invite à consulter ce lien : http://rcr-fmc.ca/formations-en-rcr/suivre-un-cours-rcr/
N’hésitez pas à choisir votre ville et consulter le répertoire téléphonique pour contacter les instructeurs, la formation RCR est très importante et facile à suivre pour sauver les vies.

Comment prévenir les maladies du Cœur et l’AVC ?

Categories: Tags:

Le cœur est un muscle qui travaille comme une pompe au niveau du système circulatoire et assure la circulation du sang dans tout l’organisme. Le sang pompé contient l’oxygène et les éléments nutritifs, lorsque le reste du corps ne reçoit pas une quantité suffisante les symptômes d’une maladie cardiaque peuvent survenir.

Au Canada, la maladie cardiovasculaire est responsable d’un plus grand nombre de décès que n’importe quelle autre maladie. Toutes les sept minutes, une personne succombe à une maladie du cœur ou à un AVC au Canada, jusqu’à 40000 arrêts cardiaques se produisent chaque année au Canada. C’est donc un arrêt cardiaque toutes les douze minutes. Sans un traitement rapide et adéquat, la plupart de ces arrêts cardiaques entraînent la mort. (1)

Quels sont les facteurs du risque ?

Certains facteurs sont incontrôlables comme l’âge, le sexe et la génétique. D’autres peuvent être corrigés par des mesures hygiéno-diététiques comme : L’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité, le stress, le tabac, l’excès de l’alcool, le manque d’activité physique, alimentation grasse qui entraîne l’augmentation du taux du mauvais cholestérol.

Prévention et mesures hygiéno-diététiques :

  • Réduisez la fumée jusqu’à la cession complète;
  • Pratiquez une activité sportive régulièrement comme des exercices qui améliore le muscle de votre cœur;
  • Adoptez une alimentation saine en évitant le mauvais gras (gras trans et en lipides saturés);
  • Diminuez l’apport du sel et les sucres;
  • Évitez le stress, si c’est inévitable : pratiquez une respiration profonde et optimisez la situation;
  • Restreignez votre consommation d’alcool;
  • Mangez plus de légumes et de fruits organiques (biologiques);
  • Maintenez un poids sain;
  • Prenez des compléments après l’avis de votre médecin comme l’oméga 3 afin de renforcer votre cœur;
  • Luttez contre les radicaux libres par la prise des antioxydants naturels (Vitamine C);

Je vous suggère de lire attentivement les guides de prévention (la gestion du stress, le maintien de la pression artérielle…etc.) de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC sur ce lien : http://www.fmcoeur.qc.ca/site/c.kpIQKVOxFoG/b.3669875/k.6150/Maladies_du_coeur__Autres_ressources.htm

Comment aider à sauver des vies?

Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada est un organisme bénévole qui a pour mission d’améliorer la santé des Canadiens et Canadiennes, en favorisant la recherche, la promotion de la santé et les représentations en faveur de la santé afin de prévenir et réduire les invalidités et les décès dus aux maladies cardiovasculaires et aux accidents vasculaires cérébraux.

La fondation ne reçoit aucun financement de sources gouvernementales, mais grâce à vos dons : elle a sauvé 165 000 vies au pays l’année passée (2),

Imaginez la différence que vous allez créer dans votre vie et la vie des autres par votre don, pour en faire veuillez cliquer ci-dessous :

donation

Sources : (1) et (2) : La fondation des maladies du cœur

 

L’insomnie, quel traitement ?

Categories:

L’insomnie est définie par la difficulté de sommeil, malgré la fatigue de la journée.

L’insomnie banale est associée souvent à des facteurs répandus : le stress, un examen, des soucis d’ordre familial ou professionnel, parfois due à une prise de substances excitantes, un médicament, changement hormonal, Le manque d’activité physique ou au contraire une activité physique trop intense peuvent également être en cause. Cependant, il existe aussi d’autres types d’insomnies liés à des problèmes sérieux comme la dépression qui est souvent masquée, ici une consultation médicale est imposée.

En dehors de ces causes, l’insomnie peut être aussi liée à l’environnement (le bruit, pollution).

Traitement :

Il faut commencer d’abord par des mesures simples pour bien dormir :

  • Réduire les sources de lumières ;
  • Préparer un bon matelas et oreillers ;
  • Éviter la caféine et les produits qui en contiennent ;
  • Éviter alcool et tabac ;
  • Éviter les substances excitantes tel que : Vitamine C ;
  • Essayer de dormir et se lever la même heure chaque jour ;
  • Éviter un dîner lourd ;
  • Éviter de penser aux soucis ;

Après avoir adopté ces mesures vous pouvez prendre des tisanes :

  • Tisane à base de fleur d’oranger ;
  • Comprimés d’Euphytose (mélange d’aubépine, passiflore et valériane) : 1 jusqu’à 2 comprimés le soir ;800px-(±)-Doxylamine_Enantiomers_Structural_Formulae

Si les tisanes semblent moins efficaces on passe aux médicaments :

  • Hydroxyzine (ATARAX) ;
  • CALCIBRONAT (Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants : acné, excès de calcium dans le sang et les urines, avec ou sans lithiase, personne âgée dénutrie ou déshydratée, enfant de moins de 30 mois, pas de prise d’alcool et ne pas prolonger ce traitement) ;
  • Prométhazine (PHENERGAN) ;
  • Doxylamine (DONORMYL) ;
  • Il existe d’autres antihistaminiques à action sédative mais il faut savoir les effets secondaires liés à la prise de ce genre de médicaments et chaque médicament cité en haut.

Remarque :

Les traitements ne doivent pas être pris pour une longue durée, une psychothérapie et des méthodes de relaxation sont nécessaires contre l’insomnie.

Quelles mesures hygiénodiététiques dans le cas d’une hypertension artérielle

Categories: Tags:

L’hypertension artérielle est un trouble cardio-vasculaire fréquent. Habituellement, la tension – la pression du sang dans les artères – se situe à environ 12/8 cmHg (centimètres de mercure). Le premier chiffre, correspond à la tension artérielle mesurée pendant la phase de relâchement du cœur (pression diastolique). Le deuxième chiffre, à la mesure prise lors de la phase de contraction du cœur (pression systolique).
La tension artérielle varie au cours de la journée. En situation de stress ou d’émotion intense, elle s’élève naturellement. Quand la tension reste élevée en permanence, au-delà de 14/9 cmHg, on parle d’hypertension artérielle.
Non traitée, l’hypertension peut provoquer de nombreuses complications : AVC, infarctus, insuffisance cardiaque ou rénale, rétinopathie, artériosclérose, troubles érectiles…

464px-AMI_schemeDans 90 % des cas, on ne connait pas la cause de l’hypertension. Mais on sait qu’interviennent l’âge, l’hérédité, le manque d’exercice ou encore le surpoids… Plus rarement, l’hypertension est secondaire à une maladie ou à la prise de médicaments (anti-inflammatoires, bronchodilatateurs…).

Pendant une grossesse, de l’hypertension peut aussi apparaître. On parle alors d’hypertension « gravidique ». Cette hypertension doit être surveillée car elle peut provoquer des problèmes à l’accouchement

On vous propose certaines mesures hygiénodiététiques à suivre dans le cas d’une hypertension artérielle, parfois le traitement s’avère inefficace à cause d’une alimentation riche en sel et d’autres causes. Quelles sont donc quelles sont les mesures à suivre ?

  •   Limiter la consommation en sel (NaCl);
  •   Éviter de boire de l’eau ayant un apport élevé en Sodium;
  •   Réduire le poids en cas de surcharge pondérale;
  •   Pratiquer une activité physique régulière adaptée à l’état de chaque patient d’au moins 30 min environ, 3 fois par semaine
  •   Limiter la consommation d’alcool à moins de 3 verres de vin ou équivalent par jour chez l’homme et 2 verres de vin ou équivalent par jour chez la femme
  •   Arrêter le tabac et l’associer à une prise en charge du sevrage tabagique ;
  •   Suivre un régime alimentaire riche en légumes, en fruits et pauvre en graisses saturées (graisses d’origine animale) à éviter aussi les aliments contenant beaucoup de sel comme les fromages;
  •   Éviter les situations de pression et de stress;

Ces mesures ne sont pas toujours suffisantes, il faut commencer avec une mono-thérapie en cas d’échec passer à une association de deux médicaments, il est important de respecter les horaires de prise des médicaments.

Nausées et vomissements, quel traitement ?

Categories:

Vomir est un geste de défense de l’organisme face à une ingestion d’une toxine ou un produit indésirable, ça peut être aussi un geste causée par une situation psychologique (stress), ou physiologique (grossesse).
Avoir des nausées ou des vomissements n’est pas mauvais sauf si ça reproduit plusieurs fois, ça peut irriter la muqueuse de l’œsophage, provoquer une déshydratation, une alcalose de l’estomac à cause des pertes de l’acide gastrique, il est indispensable de traiter (par des antiémétiques) cette symptomatologie, ça peut refléter une maladie plus grave : AVC, obstruction intestinale…etc.
Certains vomissements nécessitent des précautions particulières : les vomissements induits par la chimiothérapie ou suite à une intervention chirurgicale.
Les nausées se distinguent des vomissements du fait d’être juste une sensation de malaise avec une envie de vomir, cependant vomir est une action (réflexe) du rejet du contenu digestif par des mouvements spasmodiques involontaires du diaphragme.

Les causes :
Parmi les causes des vomissements : une gastroentérite (intoxication alimentaire), pancréatite aigue, obstruction digestive, alcool. On note aussi les vomissements du soit aux effets secondaires soit l’intoxication par des médicaments de type : anticancéreux, opiacés, digitaliques, antibiotiques (β-Lactamines, Macrolides), anesthésiants…etc.
D’autres causes aussi difficiles à savoir : hémorragie, méningite, infractus du myocarde, tumeur, ulcère, vertiges, maladie parasitaire, maladie psychologique, sevrage, migraine…etc.
Cas particulier : début de grossesse.
Traitements et prévention :antibio
Certains médicaments doivent être pris à titre de prévention en chimiothérapie, mal de transport…etc.
– En cas de grossesse il est préférable de consulter le médecin, le traitement habituel est basé sur la prise de ½ à 1cp 3 fois par jour de PRIMEPÉRAN (métoclopramide) avant repas.
– En cas de mal de transport : NAUSICALM (Diménhydrinate) qui est contre indiqué en cas de glaucome, risque de rétention urinaire (adénome de la prostate), enfant selon la formule pharmaceutique et selon l’âge, et on note parmi ses effets indésirables : l’action sédative (somnolence) donc attention si prise d’autres médicaments de la même action de type tranquillisant, sirop pour toux…etc.
– Les médicaments les plus utilisés: VOGALIB (possible sans ordonnance), VOGALÈNE (métopimazine), MOTILIUM (dompéridone) et DOMPÉRIDONE et MÉTOCLOPRAMIDE (neuroleptique à effet antiémitique), PÉRIDYS (dompéridone) (avec ordonnance ces derniers dans certains pays). Le mieux est d’avoir l’avis du médecin car certains de ces médicaments influencent directement le centre de contrôle au cerveau induisant des effets comme la somnolence et des troubles neurologiques notamment de tremblements ou de mouvements involontaires de la tête et du cou. Chez les personnes âgées la fonction rénale et hépatique est importante à évaluer afin de pouvoir s’orienter sur le bon médicament avec la bonne posologie. Aussi des précautions chez la femme en grossesse ou allaitement.

Conseils

  • Lors de vomissements répétés, les pertes en eau et en sels minéraux sont importantes. Elles doivent être compensées par des aliments liquides (bouillons salés…) pris en petites quantités et régulièrement. Evitez les aliments gras ou épicés ; évitez l’alcool, le café et le tabac.
  • Ne prendre aucun médicament antisémitique si les vomissements s’accompagnent d’un état confusionnel et de maux de tête ou rejet de sang ou douleur à la poitrine, ou bien des vomissements post-traumatisme crânien. Et si les vomissements surviennent avec des maux de tête et une gêne de la lumière : consulter votre médecin le plus vite que possible.
  • Complications : Chez les enfants, les personnes vulnérables ou âgées, les vomissures peuvent pénétrer dans les voies respiratoires provoquant une obstruction ou infection.