Search for: constipation

Comment traiter la constipation ?

Categories: Tags:

On peut parler de la constipation lorsque la fréquence des selles est moins de trois fois par semaine, et lorsque les selles ont une consistance trop dure même si la fréquence est quotidienne. Souvent le problème de la constipation est lié au type de l’alimentation (régime pauvre en fibres…Etc.), le manque d’activité physique, longs trajets de voyage…ce sont tous des facteurs habituels mais il se peut que la cause soit lié à certains types de médicaments : les antidépresseurs, codéine, dérivés de morphine, sels de fer, neuroleptiques, antitussifs, pansements gastro-intestinaux…etc. La constipation brutale chez un sujet n’ayant pas d’antécédents et après avoir éliminer les causes banales ça peut révéler la présence d’un cancer colique ou un fibrome qui compresse le côlon, ou une autre maladie organique. la constipation peut s’accompagner d’autres symptômes : les ballonnements, des nausées, des douleurs abdominales, des hémorroïdes. Il est important de traiter la constipation, en commençant d’abord par les mesures hygiéno-diététiques, le traitement symptomatique est mis en évidence lorsque la constipation ne dépasse pas 15 jours.

Traitements médicamenteux: en cas de constipation récente sans d’autres symptômes : on peut conseiller des laxatifs constitués de sucres qui attire l’eau et par conséquence les selles gonflent justement ils peuvent être à l’origine des flatulences, on note : le Lactulose (DUPHALAC) il existe en sirop ou en sachets (respecter la dose indiquée selon la spécialité), et à base de macrogol on note : FORLAX (1-2 sachets le matin à jeun), on a aussi le MICROLAX. Il y a aussi des laxatifs de type mucilage : NORMACOL ou SPAGULAX, et des laxatifs lubrifiants à base de l’huile de paraffine : LUBENTYL, PARLAX parmi leurs effets secondaires : diminution 800px-Lactulosed’absorption des vitamines E, D, A, K et suintements anaux à dose supérieure (ce genre de laxatifs n’est pas trop maniable).

Traitement local : par des suppositoires à base de glycérine, Microlax…etc. qui déclenche le réflexe d’exonération dans un délai rapide allant jusqu’à 20 minutes. Il faut éviter ce genre de traitement en cas de fissures anales et aussi à long terme par risque de perturbation du réflexe d’exonération.

Il existe d’autres traitements plus efficaces mais irritants de la muqueuse colique comme CONTALAX, TAMARINE, DULCOLAX…etc. Ils peuvent entraîner une hypokaliémie.

Adopter les mesures hygiéno-diététiques :

  1.  Éliminer les substances qui puissent provoquer une constipation (les familles de médicaments cités au début de l’article) sauf si c’est indispensable ;
  2.  Boire beaucoup d’eau pour réhydrater les selles, et un verre d’eau le matin à jeun ;
  3.  Manger équilibré en enrichissant l’alimentation par mes fibres qu’on trouve dans les fruits (pommes, raisin), pain complet, légumes verts, céréales. Ajouter du son d’avoine à votre assiette et consommer les pruneaux, figues et abricots secs;
  4.  Se présenter régulièrement sans attendre avoir le besoin après le petit déjeuner souvent sans se forcer et attendre un bon moment afin que le sphincter relâche ;
  5.  Exercer des activités physiques du genre jogging, faire du sport et bouger, les personnes alitées pour cause de maladie doivent essayer de se lever et de marcher aussi souvent que le médecin l’autorise, pour stimuler l’envie d’aller à la selle.

TFan Xie Yeisanes :

Il existe des tisanes laxatives : HERBESAN afin de traiter la constipation mais il est recommandé de prendre régulièrement des tisanes qui stimule la digestion. Infusions : Plante Psyllium et grains de Lin : mettre 1 à 2 cuillères à café de ces graines dans un grand verre d’eau, laisser une nuit dans l’eau froide avant de boire, il y aussi d’autres plantes : Pissenlit, Réglisse, chicorée il vaut mieux les acheter en pharmacie que de préparer leurs infusion à partir de la nature (risque d’impuretés…).

En cas de constipation avec spasmes : la prise de Camomille allemande.

Du loin la plante la plus puissante est la Séné (Cassia senna) : ses effets sont nuisibles du genre irritation de la muqueuse colique, à utiliser qu’en cas de constipation rebelle (persistante) après l’échec des autres thérapies.

Remarques importantes :

  • Il faut savoir qu’un traitement à base des laxatifs n’est pas un traitement amincissant.
  • Il faut voir l’âge et l’état physiologique (grossesse) et les antécédents médicaux et l’association d’autres médicaments afin de prendre le bon traitement.
  • Faire attention en cas de prise des diurétiques qui avec les laxatifs accroissent le danger de diminution de l’apport du potassium et donc problèmes cardiaques.
  • Commencer par les médicaments ou traitements les moins puissants après l’échec avoir le recours aux laxatifs puissants sans prolonger la durée du traitement car une utilisation prolongée ou trop fréquente ou une posologie supérieure à celle recommandée peuvent entraîner des diarrhées avec pertes d’eau et perturbation d’équilibre entre eau et minéraux (perte de potassium).
  • Le traitement de la constipation doit aussi s’accompagner à un traitement des ballonnements ou bien les hémorroïdes (en cas de leurs présences).
  • Attention, une consultation en urgence est indiquée si la constipation est accompagnée de sang dans les selles, de douleurs abdominales persistantes, de nausées ou de vomissements, d’une impossibilité d’émettre des gaz, de ballonnements importants, de fièvre ou de frissons tout autre symptôme non banal.
  • Une constipation chronique peut être à l’origine d’une occlusion intestinale.

Produits de santé naturels:

1- Laxatif doux en capsules de type Unicity Aloe Vera pour traiter la constipation occasionnelle de sorte de stimuler la digestion et favoriser l’équilibre de la flore intestinale.

2- Laxatif en tisane de type Unicity Nature’S Tea pour stimuler le transit intestinal et éliminer les toxines.

 

 

Comment optimiser les bénéfices des produits de santé naturels ?

Categories: Tags:

Il faut suivre certaines instructions lors de la prise des produits de santé naturels de type Unicity Balance pour des résultats maximaux :

1. Prendre votre UNICITY BALANCE 10-15 minutes avant de manger pour de meilleurs résultats.

2. Mélanger votre UNICITY BALANCE juste avant de le boire.Mettre le contenu de votre sachet de UNICITY BALANCE dans un verre mélangeur ou une bouteille d’eau et le brasser environ 10 secondes.

3. Utiliser 250 à 300 ml (8 à 10 onces) d’eau froide. Boire immédiatement.

utilisation

 

4. Ne pas utiliser de breuvages carbonisés ou alcoolisés pour mélanger l’UNICITY BALANCE.

5. Pour plus de résultats, le prendre avant vos deux repas principaux mais si vous l’oubliez, le prendre dès que vous le réalisez. C’est très important de le prendre au moins deux fois par jour.

6. Pour ceux qui désirent réduire de façon plus rapide leur poids, leur niveau de cholestérol, triglycérides et glucose trouveront des résultats plus évidents en prenant jusqu’à deux sachets avant chaque repas, 3 fois par jour.

7. Si vous éprouvez des gonflements ou des gaz, commencez par utiliser un demi-sachet (une demi-cuillérée à table) avant vos deux repas principaux. Votre corps va s’ajuster à l’augmentation de fibres et après 2-5 jours, vous pourrez recommencer à 2 fois par jour.

8. L’ajout de fibres à la diète peut causer de la diarrhée ou de la constipation temporairement. Pour remédier à la situation, augmenter la quantité d’eau à boire. Les fibres ont besoin d’eau pour travailler et une diète normale doit contenir 8 verres d’eau ou plus par jour.

9. Pour ceux qui souffrent du syndrome du côlon irritable, UNICITY BALANCE peut être un supplément très avantageux. Dans ce cas, il est préférable de commencer très lentement avec un demi-sachet (une demi-cuillérée à table) mélangé à 250-300 ml (8-10 onces) d’eau froide. Vous pouvez aussi avoir besoin de suppléments additionnels.

10. UNICITY BALANCE peut être pris avec la majorité des médicaments et il n’y a pas d’effets secondaires ou contre-indications. Si vous prenez des médicaments sous prescription, où il est recommandé de les prendre avec de la nourriture, prenez votre médication 30 minutes avant l’UNICITY BALANCE ou 1 heure après avoir fini de manger. Si la prescription mentionne de prendre le médicament avec un estomac vide, prendre votre médication 30 minutes avant l’UNICITY BALANCE ou 2 heures après.

11. Si vous prenez des médicaments pour le cholestérol, NE PAS ARRÊTER de les prendre. Si votre objectif est de réduire votre dosage de médication, en parler avec votre médecin. L’arrêt précipité de votre médication peut causer une augmentation de votre niveau de cholestérol. En prenant UNICITY BALANCE avec votre médication ça va permettre à votre médecin de graduellement réduire vos médicaments et éviter une augmentation de votre niveau de cholestérol.

12. Si vous êtes diabétiques, sachez que l’UNICITY BALANCE stabilisera votre niveau de sucre. En vérifiant votre taux de sucre, vous pourrez en voir la diminution. Dans cette éventualité, il faudra référer à votre médecin afin que celui-ci puisse réajuster votre médication.

13. Prendre l’engagement d’utiliser l’UNICITY BALANCE pour au moins 3 mois vous permettra de voir une diminution d’appétit et de rages de sucre ainsi qu’une augmentation de perte de gras. Les résultats peuvent prendre de 2 à 6 semaines jusqu’à 3 mois pour être concluants.

14. C’est très important de comprendre que l’UNICITY BALANCE n’est pas quelque chose que l’on « ESSAIE » pour un mois. Le prendre tel que recommandé est très important et ça signifie de prendre le Unicity Balance deux fois par jour pour AU MOINS 3-4 mois.

 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter les fiches détaillées des produits Unicity Balance sur les liens suivants:

 

UNICITY BALANCE POUR UNE GLYCÉMIE SAINE:

http://pharmapause.com/produit/glycemie-saine-unicity-balance/

UNICITY BALANCE POUR UN TAUX DE CHOLESTÉROL SAIN:

http://pharmapause.com/produit/taux-cholesterol-unicity-balance/

Comment soulager les ballonnements?

Categories: Tags:

Ce malaise est appelé aussi « aérophagie » caractérisé par la présence des flatulences (des gaz) dans l’estomac ou dans l’intestin.

Comment se forment les flatulences ?

L’air dégluti et les fermentations sont dues à l’action des bactéries intestinales sur les résidus alimentaires causants des flatulences.

L’ingestion de l’air peut jouer aussi un rôle par rapport à la présence des flatulences et cela se produit en avalant de l’air avec les mouvements de la déglutition en mangeant rapidement ou dans un état se stress ou d’angoisse. La respiration par la bouche, un dentier mal ajusté et la fumée ce sont des facteurs qui favorisent l’ingestion de l’air.

La formation des ballonnements est liée aussi à la constipation, une occlusion intestinale, une gastrite, une maladie de la vésicule biliaire, un ulcère gastrique ou un état de stress.

Un excès de de consommation de fibres peut être mis en cause, dans ce cas là il suffit simplement de diminuer les doses ou la quantité puis la remonter graduellement.

Quels sont les aliments qui favorisent les gaz ?

La consommation des aliments composés de sucres complexes est une source importante de gaz. Ces sucres complexes ne sont pas transformés en sucres simples absorbables, ils passent dans les intestins où ils sont utilisés comme source de nourriture par les bactéries qui forment par la suite des gaz.

On note parmi les aliments sources de sucres complexes : Choux, choux de Bruxelles, choux fleurs, brocolis, lentilles, pois, pois chiches, haricots, fèves de soja, fèves rouges, seigle, blé, pâtes, pain à grain entier, produits laitiers,…etc.

La consommation de boissons gazeuses, de la bière, la caféine, les aliments gras et les aliments ayant dans leur composition du sorbitol ou du fructose est responsable aussi de la formation des flatulences.

Et s’il s’agit d’une maladie plutôt que d’un malaise ?

Le ballonnement et les flatulences sont, avec la douleur, les signes principaux des « colites », « colopathies » ou ce qu’on appelle : « côlon irritable » une maladie qui s’associe à l’anxiété, l’insomnie, la dépression et le stress.

La déficience en enzyme « lactase » dans les intestins est responsable de la mauvaise digestion du sucre « lactose » contenu dans les produits laitiers, par conséquent, le lactose est fermenté par les bactéries intestinales causant ainsi des gaz.

Une déficience en lactase peut être suspectée lorsque les gaz sont accompagnés de diarrhées, de crampes et de douleurs abdominales et qu’ils surviennent des heures après l’ingestion des produits laitiers.

La flatulence peut être un effet secondaire des antibiotiques qui détruisent ou modifient temporairement l’équilibre de la flore intestinale (bactéries) essentielle à la digestion.

Comment prévenir les gaz ?

En adoptant des simples mesures :

– Évitez les aliments riches en sucres complexes et les boissons gazeuses.
– Essayez de manger lentement dans une ambiance calme en évitant de parler.
– Évitez de mâcher la gomme et de boire en mangeant.
– Évitez la consommation de produits avec du sorbitol ou de fructose.
– Traitez la constipation ou la déficience en lactase (en évitant par exemple les produits laitiers).
– Évitez de manger de bout et adopter une bonne posture (le dos bien droit, les genoux au même niveau que votre bassin et les pieds bien à plat sur le sol.
– Évitez les vêtements trop serrés.
– Évitez de dormir juste après manger.
– Faites des exercices (l’aérobie, marche, natation…etc.).

Quand consulter un médecin ?

Il est recommandé de consulter le médecin si vous avez des douleurs abdominales, une constipation fréquente ou une diarrhée, une persistance de flatulences malgré l’application des mesures hygiéno-diététiques et si vous perdez le poids.

Quels sont les traitements disponibles ?

Sous les recommandations de votre pharmacien, vous pouvez prendre :

Traitements naturels :

– Des comprimés de charbon de bois.
– Un probiotique pour générer la flore intestinale.
– Le jus d’ananas, de papaïne.

Traitements médicamenteux :

– La siméthicone (Ovol®) : pour prévenir ou soulager la flatulence.
– La lactase (Lactaid®) : si vous êtes intolérants au lactose.
– Les enzymes alpha-galactosidase : qui agissent sur les sucres complexes provoquant la flatulence.
– Du charbon : Carbolevure®.

Produits de santé naturels:

Laxatif en tisane de type Unicity Nature’S Tea pour stimuler le transit intestinal et éliminer les toxines.
Laxatif doux en capsules de type Unicity Aloe Vera pour traiter la constipation occasionnelle de sorte de stimuler la digestion et favoriser l’équilibre de la flore intestinale.

 

Comment traiter les hémorroïdes?

Categories: Tags:

 

Les hémorroïdes sont caractérisées par une dilatation des veines de la zone anale (anus et rectum) et du tissu les entourant, elles peuvent être internes, externes ou bien mixtes.

Les symptômes hémorroïdaux :

Les hémorroïdes internes ne provoquent généralement pashemorroides demonstration de douleur puisqu’il n’y a pas de nerfs sensitifs dans cette région.

Par contre, les hémorroïdes internes étant situées sur le pourtour de l’anus, elles provoquent une douleur intense surtout lors du passage des selles et parfois des démangeaisons.

Les symptômes peuvent aller jusqu’à une hémorragie rectale, dans ce cas-là une consultation médicale s’avère nécessaire.

 

Les facteurs mis en cause:

Les hémorroïdes peuvent survenir à tout âge mais sont plus fréquentes avec le vieillissement et chez la femme enceinte (à cause de la pression du fœtus) d’autant plus chez les personnes obèses ou avec peu d’activité physique.
La cause principale est la constipation: l’effort d’évacuation des selles soumet les veines à une pression qui provoque leur dilatation. Il existe aussi d’autres facteurs favorisant les hémorroïdes : une pression externe due à un effort physique intense (lever des objets lourds), position assisse pour longtemps (travail de bureau, de chauffeur ou équitation), la grossesse, la prédisposition familiale, effet indésirable d’un médicament et une alimentation pauvre en fibres ou riches en épices.

 

Prévention et traitements :

Pour prévenir l’apparition des hémorroïdes, il faut lutter contre la constipation en premier lieu par les mesures suivantes :

  • Ayez une alimentation riches en fibres : les céréales, les petits fruits frais (prunes, framboises, fraises, figues, raisins secs, abricots, noisettes…etc.), des légumes (haricots rouges, haricots blancs, lentilles, choux, artichauts, épinards, céleri, poireaux, petits pois, pois chiche, tomates…etc.) , les féculents (pain complet, pain au son, riz brun…etc.) et les grains entiers;

  • Ajoutez l’huile d’olive à votre alimentation;

  • Évitez les aliments épicés, transformés, les produits laitiers, excès de viandes rouges ou graisses saturées, le café (tout produit contenant de la caféine), tabac et alcool;

  • Hydratez-vous avec au moins 6 verres d’eau supplémentaires par jour;

  • Faites régulièrement une activité physique et bougez-vous le plus que possible;

  • Ne restez pas longtemps assis aux toilettes;

  • Évitez de forcer lors de la défécation;

  • Diminuez votre poids pour diminuer la pression sur les veines du rectum;

  • Changer de traitement médicamenteux sous l’avis de votre médecin s’il vous cause la constipation.

 

Comment soulager l’inflammation ?

  • Lavez la région anale avec du savon non parfumée et rincez avec de l’eau froide;

  • Prenez des bains de siège chaud et froid successivement pour activer la circulation sanguine;

  • Appliquez des compresses d’eau glacée pour un soulagement immédiat sinon des compresses d’eau d’hamamélis ou bien un produit spécial qui contient le marronnier d’inde si les hémorroïdes ne sont pas saignantes.

 

Quels sont les suppléments à prendre ?

  • Des suppléments de fibres si l’apport nécessaire n’est pas atteint par l’alimentation, il est préférable de les consommer le matin;

  • Des suppléments de vitamines C, E, B6;

  • Produits naturel à base de la plante Ginkgo biloba qui renforce les veines.

 

Quels produits pharmaceutiques en dernier recours ?

  • Des émollients pour les selles;

  • Des anesthésiques locaux qui soulagent la douleur rapidement;

  • Des agents anti-inflammatoires (Cortate® sous forme de crème);

  • Des analgésiques en cas de douleur intense.

 

Dans quels cas une consultation médicale s’impose ?

  • S’il y a du sang dans les selles ou un saignement rectal;

  • Une constipation ou diarrhée de plus de deux semaines dont l’origine n’est pas connue;

  • S’il y a une perte de poids importante;

  • Si la douleur rectale est prolongée à chaque évacuation des selles.

 

Remarque :

  • N’hésitez pas à contacter votre pharmacien pour tout conseil par rapport aux produits en vente libre;

  • Consultez votre médecin, si vous êtes une femme enceinte ou une personne âgée;

  • Le traitement médicamenteux doit nécessairement s’accompagner par des mesures hygiéno-diététiques.

 

Comment soulager certains symptômes au cours de la grossesse ?

Categories: Tags:

La grossesse implique un changement physiologique et biochimique du corps de la femme et son fœtus. Une consultation médicale s’impose dans le cas général pour une prescription adaptée après une bonne évaluation des symptômes par le médecin traitant. Seulement certains symptômes pouvant être pris en considération par le pharmacien à l’officine qui sont : la constipation, les hémorroïdes, la toux et les varices. Il faut absolument éviter le plus que possible les médicaments pendant la grossesse à cause de leurs effets tératogènes, il est important qu’une femme avec un traitement habituel qu’elle avise son médecin de sa grossesse.

La prise en charge de certains symptômes :

Le cas des varices : elles apparaissent dès le 3ème mois de la grossesse et régressent après l’accouchement, le port de bas de contention est la mesure la plus adaptée. Si les varices persistent par la suite, un bilan phlébologique après 3 mois de l’accouchement devient nécessaire sous l’avis du médecin.

Le cas d’hémorroïdes/constipation : Les hémorroïdes sont dues à l’augmentation de la pression sanguine dans les veines de la région de l’anus. On distingue les hémorroïdes externes situées sous la peau qui entoure l’anus, généralement douloureuses se caractérisent par une petite tuméfaction bleutée plus ou moins dure sous la peau et les hémorroïdes internes situées dans le rectum, moins douloureuses, donnant l’impression que le rectum est plein. Souvent les selles sont accompagnées d’un petit saignement. Après chaque selle, il est conseillé de s’essuyer avec du linge cotonnée humide (éviter le genre de papier qui se dégrade vite et qui se colle à la peau) tout en évitant de mettre des savons, de l’eau tiède est suffisante. S’il y a des irritations anales de type démangeaisons ou bien une douleur persistante de l’anus : une consultation médicale est nécessaire.

Règles hygiéno-diététiques :

La constipation est très fréquente chez la femme enceinte, il faut bien suivre les conseils suivant :

Afin de prévenir et ou de mieux guérir évitez de consommer beaucoup de café, thé et épices, ajoutez des fibres à l’alimentation (son des céréales, légumes verts crus (de préférence râpés) et cuits, salades, fruits frais : pommes, raisin ou desséchés : pruneaux, figues, et pain complet), ajoutez également l’huile d’olive. Les repas doivent être pris lentement et à heures régulières. Les aliments devront être mastiqués soigneusement. Buvez beaucoup d’eau (il est conseillé de boire un verre d’eau fraîche ou de jus de fruits, le matin, à jeun. La ration hydrique journalière doit être au moins égale à 1,5 L).

Evitez les aliments qui ralentissent le transit intestinal : certains légumes comme le chou, céleris, radis, artichauts, lentilles, et certaines viandes : viandes en sauce ou fumées, gibiers, etc. Le poisson fumé, les œufs frits (brouillés, omelette…), certaines céréales et féculents : riz, pommes de terre (frites et chips), les fromages très fermentés ou à pâte persillée (roquefort, bleu), certains fruits : ananas, oranges, pamplemousse, citron, banane, melon, certaines pâtisseries et confiseries : gâteaux à la crème, glaces, fruits confits, pâte d’amande, chocolat, les graisses végétales ou animales cuites (fritures, beurre noir), certaines boissons gazeuses.

Il faut également favoriser l’activité physique en évitant le cyclisme (car position assise pour longtemps), et se présenter à la garde robe, toujours à la même heure sans attendre le besoin, après avoir pris une boisson glacée, une tasse de café, ou encore après le petit-déjeuner (le matin, est préférable, car le petit-déjeuner favorise le déclenchement du réflexe gastro-colique).

Après avoir adopté les mesures hygiéno-diététiques et si la constipation est déjà installée la femme peut prendre l’huile de paraffine 1 à 2 c.à.s au cours du repas du soir, ou un laxatif de type osmotique comme le Lactulose sous le conseil du pharmacien, il ne faut pas hésiter de contacter le 811 également.

Le cas d’une douleur : Le paracétamol est le seul médicament qui est le plus adapté pour la femme enceinte quelque soit le stade de la grossesse. Il ne faut pas dépasser 4g par jour (Des prises de 1g doit être espacées de 6h sans dépasser 4 jours). En cas de fièvre, il est préférable de prendre 500 mg avec des prises espacées de 3h au moins. Ces mesures sont applicables en cas d’urgence seulement (douleur dentaire…), il est faut absolument voir son médecin.

Il est préférable que le paracétamol  ne soit pas pris à jeun, à évitez en cas de problèmes de dysfonctionnement hépatique.

Le cas de toux : elle peut déclencher l’accouchement après 24ème semaine, il est important d’avoir une prise en charge par le pharmacien après avoir fait un interrogatoire, en cas de toux grasse N-acétylcystéine et la Carbocistéine sont utilisables quel que soit le stade de la grossesse. Par contre en cas de toux sèche récente (moins de 3 semaines) il faut faire attention en utilisant seulement un antitussif non-opiacé et non antihistaminique par exemple : le dextrométhorphane (à condition de s’en tenir à un usage ponctuel et de ne pas le prendre dans les jours précédant l’accouchement). Quelque soit le type de toux, il faut éviter un antitussif qui contient de l’iode. Une toux peut être la cause d’une surinfection bactérienne ou virale, il est important d’aller voir le médecin, n’appliquez pas des mesures que sous l’avis du pharmacien et qu’en cas d’urgence, n’hésitez pas également de poser vos questions en appelant le 811.

Remarques importantes :

Avant la prise de chaque médicament, il est important de signaler à votre médecin ou pharmacien vos antécédents médicaux et si vous prenez d’autres médicaments afin de bien vous orienter ;

  •  N’hésitez pas de bien lire les notices des médicaments ;
  •  Aucun traitement d’urgence ne devrait dépasser la durée spécifique autorisée ;
  •  Quelque soit le symptôme si associé à d’autres, il est important de prioriser la consultation médicale ;
  •  Un suivi de grossesse par un médecin est recommandé pour une femme enceinte.

Comment traiter une diarrhée ?

Categories: Tags:

Une diarrhée aiguë est traitable en automédication mais s’il s’agit d’une diarrhée chronique le mieux est de consulter un médecin, on définit une diarrhée aiguë comme une fréquence de 3 selles très molles voir liquides par jour ou plus qui ne dépasse pas 14 jours voir 3 semaines maximum.
Des selles de couleur étrange ou hémorragique nécessitent la consultation.

Les causes :
Gastroenteritis_virusesLa plupart des diarrhées dont d’origine virales (infectieuses), les causes varient souvent dues à une alimentation et eau infectées c’est pourquoi il est recommandé de désinfecter l’eau et cuire les aliments à un degré élevée de chaleur, et bien laver les fruits avant de manger et les peler.
Une diarrhée qui dure jusqu’5 jour est de cause virale, et ça dure jusqu’à 14 jours elle sera bactérienne, au-delà de cette durée ça peut être un parasite (amibiase …) sinon un virus de type CMV et autres (en cas d’immunodépression).
La diarrhée virale ou avec autre terme la gastro-entérite est souvent accompagnée à d’autres symptômes : fièvre, vomissements, douleurs abdominales, parfois douleurs musculaires et des maux de tête.
Il existe aussi des diarrhées secondaires dues à la prise de certains médicaments : les antibiotiques en premier lieu, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (analgésiques), la colchicine, les anti-acides qui contiennent du magnésium, les laxatifs (évidemment puisque utilisés contre la constipation, la prise prolongée ou l’excès de dose provoque une diarrhée), agents de chimiothérapie, les bêtabloquants, certains antidiabétiques oraux et bien d’autres médicaments, justement il est important de chercher à éliminer la cause médicamenteuse avant de procéder au traitement. Beaucoup de médicaments peuvent accélérer le transit intestinal et rendre les selles plus liquides, sans que cet effet indésirable soit réellement préoccupant. Une indigestion est aussi responsable de diarrhées, intoxication alimentaire…
Traitement :

  • La réhydratation en premier lieu car la diarrhée cause une perte d’électrolytes, ça se fait en buvant beaucoup d’eau, la prise des bouillons de légumes contenants des sels minéraux, éviter les légumes crus, les glaces, les fruits non pelés, les salades ;
  •   Le régime à suivre repose sur une alimentation légère, à base de :
  •   Banane, pomme de terre : en soupe ou en purée, riz ou tapioca bien cuits, eau de cuisson du riz ;
  •   Évitez d’aggraver la diarrhée avec des aliments difficiles à digérer (lait, légumes verts, viandes, fruits) ;
  •   Arrêt des médicaments responsables ;
  •   En cas de diarrhées virales : le Lopéramide est indiqué se trouve sous le nom « IMMODIUM » sa posologie est de 2 gélules chez l’adulte au début je conseille 1 gélule si la diarrhée n’est pas très aiguë, chez l’enfant de plus de 8 ans : 1 gélule au début puis 1 gélule après chaque selle non moulée sans dépasser 6 gélules par jour avec un intervalle de 4 heures, chez l’adulte ça sera 1 gélule après chaque selle non moulée sans dépasser 8 gélules par jour avec intervalle de 3 heures. Pendant 2 jours. Généralement le Lopéramide est très efficace dès les premières prises. Il ne faut prolonger ce genre de traitement car d’un côté risque de masque une infection bactérienne si ce n’est pas une gastro-entérite virale et d’un autre côté il provoque la constipation.Le traitement doit être arrêté dès que les selles recommencent à être formées. Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
    • Crise aiguë de rectocolite hémorragique
    • Enfant de moins de 8 ans.

Il y a d’autres médicaments utilisés comme des compléments de traitement contre diarrhées : ULTRA-LEVURE.

Remarque :
Il y a aussi d’autres médicaments contre la diarrhée bénigne: « SMECTA » c’est aussi pour des douleurs de l’œsophage, de l’estomac, et du côlon. Il diminue l’absorption d’autres médicaments : un intervalle de 2h voir 4h doit être respecté.
Un antiseptique intestinal « ERCEFURYL » mais inutile en cas d’infection virale.
Les cas qui imposent une consultation d’urgence ou des précautions :
Si la diarrhée s’accompagnant de :
Torpeur, de soif (signes de déshydratation) de fièvre, ou de sang ou des glaires dans les selles nécessite rapidement un avis médical.

  •  Le cas de diarrhée chez nourrisson : consultation en urgence.
  • Des précautions sont nécessaires en cas d’insuffisance hépatique pour la prise de Lopéramide.
  • Le Lopéramide est commercialisé sous plusieurs noms, vous devrez s’assurer que vous avez le bon médicament et qu’il n’est pas retiré du marché et si remboursable ou non, et bien lire la notice car la posologie peut changer.

La douleur, quel médicament à prendre ?

Categories:

La douleur est parmi les motifs les plus fréquent de la demande de consultation à l’officine, souvent récente et banale: maux de tête, douleurs dentaires, douleurs des règles, lombalgies, douleurs du ventre, syndromes grippaux douleurs articulaires. Ces douleurs à court terme nécessitent la prise d’un antalgique, dont on vous conseille l’utilisation en ordre:

  1. Paracétamol: c’est le plus maniable, avec une action rapide, avec une dose qui ne dépasse pas 4g/24h. On y trouve des comprimés do dosage 500 mg et 1g: si la douleur est intense il est préférable de prendre la dose 1g avec une fréquence de 4 fois par jour si la douleur ne s’atténue pas, qui veut dire une prise de 1g chaque 6h, il est important de respecter le temps fin d’éviter des problèmes de surdosage (intoxication) et des problèmes hépatiques essentiellement. Beaucoup de médicaments contiennent du Paracétamol donc il faut vérifier en cas d’association médicamenteuse. Il n’est pas contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante. la prise de l’alcool est proscrite. Posologie du paracétamol chez l’enfant : 60 mg/kg/24 heures, soit 15 mg/kg toutes les 6 heures ou 10 mg/kg toutes les 4 heures.
  2. L’Aspirine: moins maniable à côté de son action antalgique et antipyrétique il a une action aspirin-b-3d-ballsd’antiagrégant plaquettaire, donc il fluidifie le sang. (contre-indiqué chez les patients ayant un ulcère gastrique ou duodénal, et chez les patients traités par l’héparine ou les antivitamines K ou par un antiagrégant plaquettaire comme la ticlopidine (Ticlid®) ou le clopidogrel (Plavix®) et chez les femmes enceintes à partir du sixième mois. L’aspirine est déconseillé chez les personnes sous ce genre de médicaments: -les anti-inflammatoires non stéroïdiens (Indocid®, Feldène®, Profénid®, Voltarène®, etc.) ; -les corticoïdes (Cortancyl®, Solupred®, etc.) ; -les uricosuriques; -le méthotrexate à dose supérieure à 15 mg par semaine (Méthotrexate®, Ledertrexate®). L’utilisation de l’aspirine doit être limitée, à éviter si c’est possible dans les cas suivants: -en cas d’insuffisance rénale; -en cas de règles abondantes (peut-être aussi chez les femmes ayant un stérilet ); -en cas d’asthme, car, chez certains, des crises d’asthme peuvent être dues à une allergie à l’aspirine. Ne le pas prendre chez les malades devant être opérés prochainement ou devant subir une extraction dentaire. (risque d’hémorragie). posologie: 3g/24
  3. Ibuprofène : L’ibuprofène est u n anti-inflammatoire non stéroïdien et un antalgique antipyrétique.

À forte dose, a une action anti-inflammatoire et cette propriété permet de mieux lutter contre la douleur qui est souvent liée à l’inflammation.

Chez l’adulte : on trouve les spécialités suivantes :

  • Advil® 200 mg en comprimés à 200 mg ;
  • Ibuprofen® 200 mg (nombreux génériques);

En cas de douleur importante, deux comprimés à 200 mg à renouveler toutes les 6 heures sans dépasser 1200 mg par jour (6 comprimés) et à ne pas utiliser à long terme.

Contre-indications :

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

  • antécédent d’allergie ou d’asthme provoqué par la prise d’AINS, y compris l’aspirine ;
  •   ulcère de l’estomac ou du duodénum ;
  • insuffisance hépatique ou rénale grave ;
  • insuffisance cardiaque grave ;
  • lupus érythémateux disséminé ;
  • Enfant de moins de 15 ans ;
  • grossesse (à partir du 6e mois) (moi je conseille de l’éviter carrément parce que son effet pendant les premières mois est mal connu, le mieux est d’utiliser le Paracétamol) ;
  • Au cours de l’allaitement : la femme doit choisir entre la prise du médicament ou bien l’allaitement sous l’avis du médecin) ;
  • Il ne doit être pas associé aux anticoagulants et antiagrégants plaquettaires (Aspirine, Plavix et Ticlid…etc.)et au lithium (TÉRALITHE) : augmentation du taux de lithium dans le sang ;
  • Ne doit être pas associé aux autres AINS, corticoïdes, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion, méthothrexate (dose>15 mg par semaine), un diurétique, un inhibiteur de l’angiotensine II, un bêtabloquant ou un médicament contenant de la ciclosporine.

Son emploi doit rester prudent :

En cas d’asthme, règles abondantes, mis en place d’un stérilet. chez l’enfant : N’est pas utilisé en premier recours que lorsqu’il s’agit d’une forte affection inflammatoire, on en trouve comme spécialités : « Advil » selon le poids de l’enfant (à ne pas utiliser en cas de varicelle).

Codéine : c’est un antalgique de la famille des opiacés, qu’on retrouve souvent associé avec du Paracétamol ou l’aspirine pour une action plus efficace contre la douleur mais cette substance a de nombreux effets indésirables.

On en trouve les spécialités : « Codoliprane » «Oralgan » à respecter la dose indiqué par votre médecin ou pharmacien. Contre-indications :

  • Au cours de la grossesse et l’allaitement ;
  • En cas de prise de sédatifs ou tranquillisants ;
  • Chez les alcooliques ;
  • Comme c’est un morphinique son usage est détourné par les toxicomanes, à éviter à long terme par risque de toxicomanie ;
  • Maladie grave du foie ;
  • Asthme et insuffisance respiratoire ;
  • En association avec les médicaments contenant de la nalbuphine, de la buprénorphine ou de la pentazocine (risque de diminution de l’effet antalgique) ;
  • Evitez son emploi en cas d’hypertension intracrânienne, qu’il pourrait aggraver ;
  • Eviter de prendre d’autres médicaments contenants le Paracétamol ou la codéine ou l’un de ses dérivés pour risque de surdosage ;

Effets indésirables : * Constipation, somnolence, nausées, vomissements, sensation de vertige et, plus rarement, bronchospasme, réaction allergique cutanée, ralentissement de la respiration.

La toux, quels traitements envisager ?

Categories:

La toux est une réaction permettant généralement de rejeter vers l’extérieur les sécrétions accumulées dans les bronches, on distingue une toux sèche irritante longue à guérir, et une toux grasse ou productive qui génère des glaires ou des sécrétions blanches, jaunes ou vertes.
Traitement – Prévention :
–    Toux sèche : Il faut éviter d’abord tout ce qui favorise l’irritation des poumons : le tabagisme, la pollution atmosphérique, les fumées…etc. L’inflammation devrait se guérir au bout de quelques jours sinon le recours à la médication, si ça ne s’améliore pas, vous devez vite consulter un médecin.
–    Des mesures simples permettent de calmer les toux sèches : boissons chaudes et humidification de l’air ambiant.
Phytothérapie :
–    Toux sèche : Boire ½ tasse : 6 fois par jour d’une infusion préparée avec du thym, l’origan et de la réglisse en poudre à doses égales. (la réglisse déconseillée en cas de grossesse) ;thym
–    Toux grasses et bronchite : Boire 2 à 3 tasses de décoction d’Aunée officinale par jour. Vous pouvez y ajouter 5g de feuilles d’eucalyptus.
(L’Aunée est déconseillée en cas de grossesse). A prendre 2 gousses d’ail par jour. Masser la poitrine et le dos 2 fois par jour avec 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus et de thym mélangées à 2 c. à c. d’huile d’olive ou de tournesol.
Remarque : vous pouvez trouver des sirops ou des tisanes à base de ces plantes en pharmacie.
Médicaments – Toux sèche :
–    Les antitussifs : suppriment le réflexe tussigène ce qui permet à la muqueuse de se régénérer, leur utilisation ne doit pas dépasser quelques jours. On distingue des antitussifs opiacés, antihistaminiques, non opiacés et non antihistaminiques.
–    Les antitussifs opiacés : contiennent la codéine, la noscapine, la dextrométorphane, de la pholcodine  ou l’éthylmorphine, qui ne doivent pas être utilisés en vas d’insuffisance respiratoire ou de toux liée à l’asthme, ils entraînent parfois une sédation gênante en cas de conduite de véhicules, on note aussi parmi leurs effets indésirables : constipation, et vertiges. La dextrométorphane est la substance ayant le moins d’effets indésirables. Parmi ces médicaments : néo-codion sirop, Biocalyptol, Thiopectol.sirop
–    Les antitussifs antihistaminiques : sont recommandés pour la toux survenant la nuit, en raison de leur effet sédatif. Parmi leur effets indésirables : sécheresse de bouche, constipation, rétention urinaire…) sont contre indiqué en cas de glaucome à angle fermé, adénome de la prostate…). Parmi ces médicaments : Toplexil, Rhinathiol.
–    Les antitussifs non opiacés et non antihistaminiques : ils présentent moins d’effets indésirables, Parmi ces médicaments : PAXÉLADINE, TOCLASE…etc.
Toux grasse :
–    Les sirops contiennent des fluidifiants bronchiques destinés à diminuer la viscosité des sécrétions et donc faciliter les expectorations. Leur usage est rarement indispensable. Parmi ces médicaments : Carbocistéine, Fluimicil, Humex toux grasse, Muxol, Rhinathiol…etc.
Références :
http://www.eurekasante.fr/maladies/voies-respiratoires/toux-adulte.html?pb=traitements
– « Bien prescrire les médicaments » 2 ème  édition de l’organisation mondiale de la santé.
– Larousse encyclopédie des plantes médicinales.

 

 

Comment traiter la cellulite ?

Categories:

Qu’est ce qu’une cellulite ?

1Il s’agit d’une couche de gras localisée sous la peau, appelée aussi « peau d’orange », elle concerne surtout les femmes à 90% (chez les minces comme chez les rondes). La cellulite est visible sur les hanches, les cuisses, la face intérieur des genoux, et au niveau du ventre, sur les bras. Chez l’homme au niveau de l’abdomen.
A une prise de volume des cellules graisseuses (adipocytes) s’ajoutent une rétention d’eau (mauvaise circulation sanguine et lymphatique), et une fibrose (modification des fibres collagènes).
Quelles sont les causes ?
–    La mauvaise alimentation (apport calorique supérieur à la capacité de stockage) ou des repas sautés.
–    Les hormones chez la femme (période de puberté, prise de pilule, grossesse, ménopause) due à l’excès d’œstrogène.
–    Le manque d’activité et du sport.
–    L’anxiété, dépression, stress, la fatigue, manque de sommeil.
–    L’hérédité.
–    L’insuffisance veineuse : mauvaise circulation à l’origine d’une mauvaise irrigation.
–    – troubles hépatiques : élimination réduite des toxines.
–    La constipation.
–    Le port des vêtements trop serrés.
–    Les bains chauds.

Les solutions pour lutter contre la cellulite :
2Avant de passer à un traitement, il faut équilibrer son régime aliénataire et ne pas sauter les repas, boire beaucoup d’eau (contant moins de sodium), exercer du sport, et éviter le stress en premier lieu.
Il y plusieurs substances qui favorisent l’élimination de la graisse :
–    La caféine (dans le café et le thé), théophylline (café, chocolat, et principalement feuilles de thé)…etc.
–    Les veinotoniques qui favorisent une bonne circulation telle que gingko biloba (plante)
–    Le pamplemousse, l’annanas, la canelle.

Compléments alimentaires :
–    Vitamine E, dérivés de silicium, huile de sésame.
Les exercices physiques à faire :
L’aquadrainage lymphatique est une gym spécifique exercée dans l’eau afin de renforcer les muscles posturaux dont l’action sur le retour veineux est 4 fois supérieure à celle des muscles superficiels. Les bains hydromassants et les douches à jets visent, en suivant les trajets musculaires, à stimuler les retours veineux et lymphatique.
Les massages  et gommages :
–    Huille essentielle d’hélichryse « l’immortelle » (Helichrysum italicum), est une huile essentielle très précieuse contre la cellulite, elle allie des propriétés anti-inflammatoires avec un décongestionnant tissulaire et cicatrisant cutané.
D’autres huiles essentielles contre la cellulite : huiles essentielles de : Bouleau, Genièvre, Gaulthérie, Cyprès.
Et contre les gras en général : Lavande + Sauge + Thym + cèdre.
–    Faire un gommage corporel sur les endroits ciblés ((bambou, kiwi, vitamine E…)
Les crèmes :
–    Associe plusieurs substances ayant l’effet d’éliminer de la graisse.
Les plantes :3
–    Thé vert, fenouil, bouleau (lipolytiques)
–    Marronnier d’inde, Fragon (pour une bonne circulation veineuse)
–    Fucus vesiculosus (perte de poids)
–    L’ortie, Lierre grimpant, hibiscus, hamamélis et maté
–    Artichaut, aubier de tilleul, reine des près, vigne rouge
–    Orthosiphon ou thé de Java

CONTALEX

Categories:

Principes actifs Contalax
Bisacodyl 5 mg
Considérations Contalax

2. Quelles sont les informations a connaitre avant de prendre contalax, comprimé gastro-résistant ?

Contre-indications

Ne prenez jamais contalax, comprimé gastro-résistant dans les cas suivants:

  • · Hypersensibilité à l’un des composants,
  • · Certaines maladies de l’intestin et du côlon, telles que rectocolite, maladie de crohn, occlusion intestinale,
  • · En cas de douleurs abdominales (douleurs du ventre),
  • · Déshydratation sévère.

Ce médicament ne doit generalement pas etre utilise, sauf avis contraire de votre médecin, pendant la grossesse ni en association avec des médicaments donnant certains troubles cardiaques (torsade de pointe).

En cas de doute, il est indispensable de demander l’avis de votre medecin ou de votre pharmacien

Précautions d’emploi ; mises en garde spéciales

Faites attention avec contalax, comprimé gastro-résistant:

Mises en garde spéciales

Dans le cadre de la constipation pas d’utilisation prolongee (superieure a 8-10 jours) sans avis medical.

Constipation occasionnelle

Elle peut être liée à une modification récente du mode de vie (voyage par exemple). le médicament peut être une aide en traitement court. toute constipation récente inexpliquée par le changement du mode de vie, toute constipation accompagnée de douleurs, de fièvre, de gonflement du ventre doit faire demander l’avis du médecin.

Constipation chronique (constipation de longue durée)

Elle peut être liée à deux causes:

  • · Soit une maladie de l’intestin qui nécessite une prise en charge par le médecin;
  • · Soit à un déséquilibre de la fonction intestinale dû aux habitudes alimentaires et au mode de vie.

Le traitement comporte entre autre:

  • · Une augmentation des apports alimentaires en produits d’origine végétale (légumes verts, crudités, pain complet, fruits…);
  • · Une augmentation de la consommation d’eau et de jus de fruits;
  • · Une augmentation des activités physiques (sport, marche…);
  • · Une rééducation du réflexe de défécation;
  • · Parfois, l’adjonction de son à l’alimentation.

Cas particuliers de l’enfant

Chez l’enfant le traitement de la constipation est basé sur des mesures d’hygiène de vie et de diététique: notamment utilisation de la bonne quantité d’eau avec les poudres de lait infantiles, alimentation riche en produits d’origine végétale, adjonction de jus de fruits.

Précautions d’emploi

En cas de doute ne pas hesiter a demander l’avis de votre medecin ou de votre pharmacien.

Interactions avec d’autres médicaments

Prise ou utilisation d’autres médicaments

Afin d’eviter d’eventuelles interactions entre plusieurs medicaments, en particulier des médicaments donnant certains troubles cardiaques (torsade de pointe) il faut signaler systematiquement tout autre traitement en cours a votre medecin ou a votre pharmacien.

+info: http://www.doctoralia.fr/medicament/contalax-5737