Sep 16, 2011

Monothérapie

Categories: Tags:

Une monothérapie est un traitement qui n’a recours qu’à un seul médicament.

Artériosclérose

Categories:

De façon générale, le terme « sclérose » désigne toute dégénérescence fibreuse d’un tissu ou d’un organe. Avec l’âge, les tissus qui constituent les artères perdent leur élasticité et deviennent plus rigides. Le vieillissement normal des artères se nomme artériosclérose.

L’artériosclérose s’accompagne très souvent de dépôts lipidiques (cholestérol) sur la paroi interne des artères. Ces plaques blanchâtres se nomment athérome (du grec athérê : bouillie).

On parle d’athérosclérose lorsque l’artériosclérose s’accompagne de plaques d’athérome. C’est le cas le plus fréquent.

L’athérosclérose associe l’épaississement de la paroi des grosses artères (aorte abdominale, coronaires, artères cérébrales, artères de jambes) et leur obstruction par des plaques d’athérome.

Le cholestérol fait partie des graisses qui sont transportées par le sang. En excès, il est responsable de la formation des plaques d’athérome. Ce processus ressemble à celui du calcaire qui bouche les conduits d’une robinetterie. Au fil des années, ces dépôts s’imprègnent progressivement de fibrinogène, de plaquettes, de cellules sanguines, de calcium et se solidifient.
Causes et facteurs de risque

Un certain nombre d’éléments sont susceptibles de favoriser l’apparition ou l’aggravation de l’athérosclérose :

  •     Habitudes de vie : tabagisme, obésité, stress, sédentarité, contraception orale, alcoolisme ;
  •     Facteurs génétiques : antécédents familiaux d’accidents cardiovasculaires, sexe masculin, ménopause ;
  •     Pathologies métaboliques : excès de cholestérol, diabète, goutte ;
  •     Hypertension artérielle (HTA).

Tabac

Au-dessus de 10 cigarettes/jour, le tabagisme est un facteur de risque très important. L’intoxication tabagique multiplie par 3 le risque d’infarctus du myocarde. Au-dessus de 20 cigarettes/jour, le risque d’infarctus du myocarde est multiplié par 5 et celui de mort subite par 6.

La suppression du tabac permet de diminuer de 50 % la mortalité d’origine vasculaire. La nicotine favorise le rétrécissement brusque des artères (spasmes). La fumée diminue l’apport d’oxygène aux tissus et maintient un taux excessif d’oxyde de carbone dans le sang.
Stress

Le stress libère de l’adrénaline qui provoque des spasmes sur les artères. Lorsque le stress se répète trop souvent, il peut induire une Hypertension artérielle (HTA) et des spasmes artériels répétés qui « usent » le système artériel et favorisent l’athérosclérose.
Sédentarité

Le manque d’activité physique diminue la résistance des artères. L’exercice augmente le taux du « bon cholestérol ». La marche, la natation et le jogging semblent être les sports les plus efficaces pour prévenir ou ralentir l’évolution de l’athérosclérose.

Rétinopathie

Categories:

La rétinopathie est un terme qui désigne toutes les affections qui touchent la rétine. On l’emploie parfois par opposition au terme rétinite pour désigner celles qui ne sont pas de nature infectieuse.

Chez l’enfant prématuré, la rétinopathie fait suite à une exposition à un air trop riche en oxygène.

Fond d’œil

Les anomalies détectées lors de la réalisation du fond d’œil permettent de classer la rétinopathie hypertensive en trois stades (classification de Keith et Wagener (1939)) :

  •     stade 1 : rétrécissement artériel sévère et disséminé ;
  •     stade 2 : on retrouve les lésions présentes dans le stade 1 associés au signe de croisement ;
  •     stade 3 : on retrouve les lésions présentes dans le stade 2 associées à des hémorragies rétiniennes, des exsudats et des nodules cotonneux ;
  •     stade 4 : on retrouve les lésions du stade 3 associées à un œdème papillaire.

Classification de Kirkendall (1975), en 3 stades :

  •     stade 1 : rétrécissements artériel diffus ;
  •     stade 2 : exsudat sec, nodules cotonneux, hémorragies + lésions stade 1 ;
  •     stade 3 : œdème papillaire + lésions stades 1 et 2.

Ces lésions sont à différencier des lésions rétiniennes liées à l’artériosclérose.

Rétinopathie pigmentaire

La rétinopathie pigmentaire (RP), aussi appelée dystrophie rétinienne, est une maladie qui peut parfois être d’origine héréditaire; dans ce cas on l’appelle RP liée à l’X. Il y a actuellement 150 « erreurs de reproduction » dans les gènes qui sont soupçonnées d’entraîner la perte progressive de la vue. Cela est dû à la dégénérescence des photorécepteurs, en particulier des bâtonnets, d’où des problèmes de vision de nuit. La déformation de plusieurs gènes est constatée dans certains cas de RP et les recherches en cours ne peuvent pas attribuer plus d’importance à telle ou telle déformation génétique, sauf la RP liée à l’X où le gène est connu: RE(P) 65. Des essais thérapeutiques sont en cours et semblent donner de bons résultats.

Le diagnostic se fait par fond d’œil : on observe des taches noires.

L’évolution de cette maladie est lente et il n’existe pour l’instant aucun traitement.

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9tinopathie