Juin 14, 2011

Dermocorticoïdes

Categories:

Les dermocorticoïdes sont des médicaments utilisés dans le traitement local de plusieurs affections dermatologiques depuis les années 19501. Ils se présentent sous différentes formes adaptées à l’affection elle-même, mais aussi à sa localisation : pommade, crème, émulsion, lotion.

Depuis 2004, on classe, en France, les dermocorticoïdes en 4 groupes selon leur niveau d’activité2,3 :

classe I : activité très forte (ne doivent jamais être utilisés sur le visage, utilisation possible sur le cuir chevelu).
classe II : activité forte (ne doivent jamais être utilisés sur le visage, utilisation possible sur le cuir chevelu).
classe III : activité modérée.
classe IV : activité faible.

Note : La classification des dermocorticoïdes est celle de l’AMM française. D’autres classifications internationales utilisent un ordre inverse[réf. souhaitée].

On décrit des réactions allergiques aux dermocorticoïdes, à type d’eczéma de contact (ce qui peut sembler paradoxal pour des produits destinés en particulier à traiter l’eczéma). Le bilan allergologique devra déterminer la molécule responsable. Quatre groupes de corticoïdes sont testés en fonction de leur origine chimique4,5 :

groupe A : dérivés de type hydrocortisone,
groupe B : dérivés de type triamcinolone,
groupe C : dérivés de type bétaméthasone,
et groupe D : dérivés du butyrate d’hydrocortisone, avec deux sous-groupes, D1 et D2.

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dermocortico%C3%AFde

Biafine – Trolamine

Categories:

– Erythèmes secondaires à des traitements radiothérapiques.

– Brûlures du premier et du second degré et toute autre plaie cutanée non infectée

Classe thérapeutique Dermatologie
Principes actifs Trolamine
Excipients Ethylèneglycol stéarate,  Stéarique acide (E570),  Cétyle palmitate,  Paraffine,  Paraffine,  Perhydrosqualène,  Propylèneglycol (E1520),  Huile d’avocat,  Trolamine alginate,  Sodium alginate (E401),  Potassium sorbate (E202),  Parahydroxybenzoate de méthyle sodé (E219),  Parahydroxybenzoate de propyle sodé (E217),  Eau purifiée,  Arôme Yerbatone : Orange déterpénée,  Galbanum,  Petit grain déterpéné,  Lemongrass,  Célestolide,  Paratertiobutyl cyclohexyle acétate,  Lyral,  Cinnamique alpha hexyl aldéhyde,  Citral,  Limonène,  Phényléthylique alcool,  Traséolide,  Hercolyn,  Phényléthyle acétate,  Méthyl-ionone,  Dipropylèneglycol (E1520),  Isopropyle myristate,  Méthyle dihydrojasmonate
Statut Ce médicament est NON SOUMIS A PRESCRIPTION MEDICALE
Tx de remboursement SS 0 %
Laboratoire Johnson&Amp;Johnson Sante Bea

Source : http://www.doctissimo.fr/medicament-BIAFINE.htm

 

 

 

 

 

 

 

Classe thérapeutique Dermatologie
Principes actifs Trolamine
Excipients Ethylèneglycol stéarate,  Stéarique acide (E570),  Cétyle palmitate,  Paraffine,  Paraffine,  Perhydrosqualène,  Propylèneglycol (E1520),  Huile d’avocat,  Trolamine alginate,  Sodium alginate (E401),  Potassium sorbate (E202),  Parahydroxybenzoate de méthyle sodé (E219),  Parahydroxybenzoate de propyle sodé (E217),  Eau purifiée,  Arôme Yerbatone : Orange déterpénée,  Galbanum,  Petit grain déterpéné,  Lemongrass,  Célestolide,  Paratertiobutyl cyclohexyle acétate,  Lyral,  Cinnamique alpha hexyl aldéhyde,  Citral,  Limonène,  Phényléthylique alcool,  Traséolide,  Hercolyn,  Phényléthyle acétate,  Méthyl-ionone,  Dipropylèneglycol (E1520),  Isopropyle myristate,  Méthyle dihydrojasmonate
Statut Ce médicament est NON SOUMIS A PRESCRIPTION MEDICALE
Tx de remboursement SS 0 %
Laboratoire Johnson&Amp;Johnson Sante Bea

Phénothiazines

Categories: Tags:

Les phénothiazines sont un groupe de dérivés de la phénothiazine. Ils constituent la plus grande des cinq classes principales de médicaments antipsychotiques. Bien que ces médicaments soient généralement efficaces, on observe souvent des effets secondaires réversibles à l’arrêt du traitement, parmi lesquels des troubles extra-pyramidaux et de la sédation (en particulier dans les premières phases du traitement).
220px-Phenothiazine
Certaines phénothiazines sont des antihistaminiques H1.

Il y a trois groupes de phénothiazines, qui diffèrent par leur structure chimique et leurs effets pharmacologiques :

Groupe Autonome Exemple Sédatif Effet secondaire extrapyramidal
Composés aliphatiques
modéré Chlorpromazine élevé modéré
Promazine modéré modéré
Triflupromazine fort modéré/fort
Lévomépromazine très fort faible
Pipéridines fort Mésoridazine fort faible
Thioridazine fort faible
Pipérazines faible Fluphénazine faible/modéré fort
Perphénazine faible/modéré fort
Prochlorpérazine
Trifluopérazine modéré fort

Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ph%C3%A9nothiazines

Sulfamides

Categories: Tags:

140px-SulfamideLe sulfamide, également appelé amine sulfurique, est un composé chimique de formule SO2(NH2)2. C’est un solide blanc, cristallisé dans le système orthorhombique.

On prépare le sulfamide en faisant réagir de l’ammoniac avec du chlorure de sulfuryle.

En chimie organique, le terme sulfamide peut également renvoyer au groupe fonctionnel formé par une chaîne organique liée à l’un des atomes d’azote du sulfamide. Ce sont les sulfamidés. Les sulfamides symétriques peuvent être préparés directement à partir d’amines et de dioxyde de soufre SO2 gazeux

400px-SulfonamideSynthesisfromSO2

Dans cet exemple, les réactifs sont l’aniline, la triéthylamine et l’iode. On pense que le dioxyde de soufre est activé par une série d’intermédiaires : Et3N+SO2–, Et3N-I+I– et Et3N+SO2–.

 

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sulfamide

Photodermatose

Categories: Tags:

Les photodermatoses, ou dermatose photoallergique ou trouble photoallergique, sont un groupe d’affections de la peau survenant dans les suites d’une exposition solaire en raison d’une sensibilité anormalement élevée à la lumière. Leurs causes sont nombreuses et variées, leurs diagnostics nécessitent un interrogatoire et un examen clinique rigoureux et le recourt parfois à certains examens complémentaires tels que l’exploration photobiologique, l’histologie cutanée ou des examens biologiques spécifiques. Leurs traitements dépend de l’étiologie mais repose essentiellement sur la photoprotection.

On peut classer les photodermatoses en différents groupes selon le rôle de la lumière dans la physiopathologie1,2 :

les photosensibilisations déclenchées par une interaction de la lumière avec une substance photosensibilisante et dont le mécanisme est soit phototoxique soit photoallergique
les dermatoses photoaggravées qui sont des dermatoses pré-existantes mais aggravées lors d’une exposition solaire comme le lupus érythémateux ou l’acné solaire …
les photodermatoses idiopathiques acquises dans lesquelles la lumière est le principal facteur déclenchant, telles que la lucite estivale bénigne, l’hydroa vacciniforme de Bazin ou l’urticaire solaire …
les génophotodermatoses et certaines maladies métaboliques où la photosensibilité n’est qu’un des signes de la maladie : porphyries ou xeroderma pigmentosum …

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Photodermatose